• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ligue Europe - Guingamp: un plus si petit poucet que ça...

Le Costarmoricain Claudio Beauvue (à droite) félicité par son coéquipier Moustapha Diallo après le penalty réussi lors de la rencontre de Ligue Europa entre Guingamp et la Fiorentina - 27/11/2014 / © AFP - JS Evrard
Le Costarmoricain Claudio Beauvue (à droite) félicité par son coéquipier Moustapha Diallo après le penalty réussi lors de la rencontre de Ligue Europa entre Guingamp et la Fiorentina - 27/11/2014 / © AFP - JS Evrard

Rassurés par sa bonne série en championnat depuis décembre, Guingamp renouera jeudi avec la Ligue Europa. L'En Avant reçoit le prestigieux Dynamo Kiev en 16e de finale aller. Les Guingampais sont les derniers représentants français en Europa League.

Par AFP

Entrés en septembre sur la pointe des pieds, presque comme des passagers clandestins, sur la scène européenne, les Bretons n'ont aujourd'hui plus aucun complexe à faire dans cette compétition qui a été leur bouffée d'oxygène lors d'un début de saison compliqué.

Leur place en 16e de finale, ils l'ont gagnée avec panache et sans contestation possible en décembre, en s'imposant à Salonique, alors leader du championnat grec (2-1), quand un nul aurait suffit. Ce mois de décembre a d'ailleurs marqué une tournant dans la saison des rouge et noir, transfigurés depuis. En championnat, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont pris un rythme digne d'un candidat au titre, en remportant 23 points sur les dix derniers matches et passant de la dernière à la huitième place du classement. Seul Lyon, le leader, a fait mieux (24 points). Lors de cette série, des équipes du calibre du Paris SG ou de Monaco, soit deux huitième-de-finalistes de Ligue des champions, sont venus s'incliner au Roudourou.

Timing parfait 

Autant dire que si tout cela ne fait pas des Guingampais les favoris du 16e de finale face à l'illustre Dynamo Kiev, ils ont au moins gagné le droit de regarder les Ukrainiens les yeux dans les yeux. D'autant que le "timing" pour affronter le club entraîné par l'ancien international Sergueï Rebrov est parfait. Habitué de la C1 et vainqueur à deux reprises de la défunte Coupe des vainqueurs de Coupes (1975, 1986), le Dynamo Kiev n'a plus disputé de match officiel depuis deux mois. Il pourrait manquer de rythme, malgré la douzaine de matches amicaux (6 victoires, deux nuls, une défaite) disputés principalement contre des clubs de seconde zone lors de leur stage d'un mois à Marbella (Espagne) de mi-janvier à mi-février.

Pas de stars dans l'équipe de Kiev

Certes, les Ukrainiens ont survolé la phase de poule, avec cinq victoires et une défaite en six matches contre les Danois d'Aalborg, les Roumains du Steaua Bucarest et les Portugais de Rio Ave. Ils sont aussi leaders invaincus du championnat ukrainien après 14 journées, avec cinq points d'avance sur le Shakhtar Donetsk. Mais si on retrouve des joueurs connus du championnat de France, comme l'ancien Montpelliérain Younes Belhanda ou Dieumerci Mbokani et Lukman Haruna, passés par Monaco, l'effectif du Dynamo ne compte pas de stars. Guingamp aura une belle carte à jouer face dans son Roudourou qui sera à guichet fermé pour soutenir son équipe jeudi au coup d'envoi. Signe de la très grande attente qui entoure ce match, pas moins de 200 personnes ont assisté à l'entraînement public de l'En-Avant mardi.

Sur le même sujet

Tirs à la mosquée de Brest : le témoignage d'Otmane

Les + Lus