Un atelier de réparation d’objets en visioconférence, le nouveau rendez-vous des Repair cafés bretons

Ce samedi 19 décembre la Coben et le Repair Café Iroise invitent tous les bricoleurs et les propriétaires d’objets défectueux à participer à un atelier de réparation en visioconférence. Une première en Bretagne, née de l’épidémie de Covid.

Le Repair Café Iroise avant le confinement, pour réparer ses objets défectueux en toute convivialité.
Le Repair Café Iroise avant le confinement, pour réparer ses objets défectueux en toute convivialité.

À Brest, les bénévoles du Repair Café Iroise avaient l’habitude de se retrouver deux fois par mois pour aider ceux qui le souhaitaient à réparer gratuitement un objet cassé, abîmé ou en panne. Un ordinateur, un grille-pain, une chemise, un aspirateur, toutes sortes d’objets ou de vêtements, autour d’un café, en toute convivialité. Mais ça, c’était avant l'épidémie de Covid. 

"Il y a une dimension d’échange, de partage, qui est un peu mise à mal par la Covid. Pour essayer de continuer à faire vivre notre association, on a cherché des solutions. L’idée de dématérialiser nos Repair cafés, de les organiser en ligne nous est apparue intéressante", confie Claude Carnot, président du Repair Café Iroise. 

Une expérience outre-Atlantique

Lors du premier confinement, un essai avait été organisé localement par l’association finistérienne. "Ils n’avaient pas été très convaincus par l’expérience, alors on a parlé de le faire à une échelle régionale. Pour essayer d’avoir plus de visibilité, plus de personnes intéressées, permettre d’inviter des bénévoles de différents Repair cafés", explique Morgane Le Campion de la Confédération bretonne pour l’environnement et la nature (CoBen) qui accompagne une soixantaine de Repair cafés en Bretagne. 

Des Repair cafés en visioconférence existent déjà. Organisés par la communauté américaine Fixit Clinic, les initiateurs du projet breton ont pu participer à l’un d’entre eux. "Il y avait des gens du Royaume-Uni, des Etats-Unis, du Canada, une personne de Belgique, une autre de Suède, et nous en France…On a pu découvrir comment ça se passait et s’en inspirer pour organiser le Repair Café Visio qui aura lieu demain", raconte Morgane Le Campion.

Des classes virtuelles de 10h à midi

Pour y participer, bricoleurs, propriétaires d’objets ou simple curieux devront s’inscrire sur le site de la Coben, ou du Repair café Iroise, les deux coorganisateurs de cette session de réparation à distance. Un lien leur sera envoyé en retour. 

A 10 h, tout le monde se retrouvera dans une salle virtuelle commune où chacun pourra se présenter, ainsi que les objets à réparer. Ensuite, propriétaires d’objets défectueux et bricoleurs s’isoleront deux par deux pour la partie pratique. Les visiteurs pourront eux aller d’une salle (virtuelle) à l’autre. "Ça suppose que la personne qui vient pour être aidée soit un minimum autonome pour intervenir sur son appareil. Il va agir sur les conseils du bénévole, qui est en ligne et donc qui le voit, mais il sera seul chez lui, avec ses propres outils", informe Claude Carnot. 

En fin de séance, tout le monde se retrouvera dans la salle commune pour un débriefing. Cette nouvelle formule a été testée une première fois le 28 novembre. Mais elle n’était ouverte qu’aux seuls bénévoles de Repair Cafés. Ce samedi, elle sera accessible à tous. 

Le 28 novembre, une 30aine de personnes a participé au Galop d'essai du Repair Café Visio.
Le 28 novembre, une 30aine de personnes a participé au Galop d'essai du Repair Café Visio.

 

Renforcer les échanges entre Repair cafés

"Ce galop d’essai était important pour obtenir l’adhésion des bénévoles et s’approprier les outils", justifie la chargée de mission. "Evidemment ce n’est pas la même chose, on n’a pas les petits gâteaux à offrir, le café à partager, les discussions croisées entre les différentes personnes. On les a moins. Mais étonnamment, un Repair café en visio ça fonctionne aussi. On a pu débrouiller pas mal de problèmes", se réjouit le président du Repair Café Iroise.

À deux jours de ce nouveau rendez-vous, une cinquantaine de participants sont déjà inscrits. Ils viennent principalement de Bretagne, mais pas seulement. 

Permettre aux bénévoles de différents Repair cafés partout en France d’échanger et de travailler ensemble est une idée qui fait son chemin. Née de l’épidémie de Covid, elle pourrait bien lui survivre.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société environnement internet économie