Des chemins de halage très prisés, qu'il faut savoir partager

Sur les bords du canal de Nantes à Brest, à Rostrenen (22) / © S.Salliou
Sur les bords du canal de Nantes à Brest, à Rostrenen (22) / © S.Salliou

Sur les rives des fleuves et canaux, une nouvelle signalétique pour convaincre les cyclistes de modérer leur vitesse verra le jour d'ici 2020. La Région Bretagne, gestionnaire des canaux et voies navigables, espère ainsi réguler le "trafic" sur les chemins de halage, dont la fréquentation a bondi.

Par Myriam Thiébaut

Le canal de Nantes à Brest, le Blavet, le canal d'Ille-et-Rance ...  des voies navigables, et aussi pratiquables à vélo, à pied, en tandem ou en tricycle, sur les sentiers bucoliques qui les bordent.
La fréquentation des chemins de halage croît chaque année de 9%, selon les compteurs de passages, installés il y a 4 ans, un peu partout sur les chemins de halage en Bretagne. 

"Comme il n'y a pas de voiture, certains vélos se laissent aller à la vitesse", constate Franck Le Verger, éclusier à Saint-Grégoire, à l'Ouest de Rennes, sur le canal d'Ille-et-Rance.
Or les rives des canaux sont arpantés par un public très varié: famille avec poussette et enfants en bas âge, personnes âgées, rêveurs et glaneurs ...
Et puis il y a Jean-Louis, cycliste et fan de jazz, usager du canal depuis 20 ans. Il a trouvé la clé pour éviter les fausses notes ...

 
Sur les bords du canal d'Ille-et-Rance et le long de la Vilaine, piétons et cyclistes rencontrés cohabitent plutôt bien



 

Sur le même sujet

Anaëlle Cardin, directrice de l'école Madeleine à Guingamp

Les + Lus