L'association L214 cible deux nouveaux élevages costarmoricains et dépose plainte pour maltraitance

L'association animaliste L214 a annoncé porter plainte auprès du procureur du tribunal judiciaire de Saint-Brieuc pour maltraitance, après la diffusion de deux vidéos tournées dans deux élevages des Côtes-d'Armor, l'un de porcs et l'autre de lapins.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La première vidéo montre des "porcelets frappés contre un mur", d'autres "agonisants" ou encore "des truies dans des cages". Les images ont été tournées dans un élevage de cochons de Saint-Glen, dans les Côtes d'Armor. L'association L214 dénonce également la responsabilité des "élevages intensifs" dans la prolifération des algues vertes dans la région, comme l'explique un communiqué : "l'élevage, adhérent à la Cooperl, est proche d'un affluent du Gouessant, qui coule dans la baie de Saint-Brieuc où se trouve la plage de Granville, fermée à cause de la dangerosité des algues depuis plus de sept mois".

Interpeller les candidats à  la présidentielle avant le Salon de l'Agriculture

La seconde vidéo, qui appelle dès les premières secondes les candidats à se positionner sur la souffrance animale, épingle cette fois-ci un élevage de lapins situé à Langoat, "l'un des plus gros élevages de France", selon L214. On y voit des "lapereaux vivants à la poubelle", des "nouveau-nés à l'agonie". Ces deux nouvelles vidéos font partie d'une série d'enquêtes publiées avant l'ouverture du Salon de l'agriculture, pour inciter les candidats à l'élection présidentielle à se positionner contre l'élevage intensif.