Ligue 2. Trois cartons rouges, 25 minutes d'interruption, 9 buts. Guingamp s'impose à Metz au terme d'un match invraisemblable

Publié le Mis à jour le
Écrit par GLM avec AFP

6/3. Un score de tennis pour un match de foot au scénario invraisemblable : trois cartons rouges, irruption d'un spectateur, interruption du match. Guingamp s'impose à Metz au terme d'une rencontre qui ne va pas redorer l'image du football français.

Guingamp est allé s'imposer 6/3 lundi soir à Metz pour clore la 8e journée de Ligue 2, à l'issue d'une rencontre au scénario invraisemblable avec trois cartons rouges et une interruption après l'irruption d'un spectateur sur la pelouse. 

Le match a définitivement basculé à la 56e minute, après un troisième carton rouge pour un joueur messin. Un spectateur a échappé à la vigilance des stadiers et a pénétré sur la pelouse pour l'invectiver, avant d'être rattrapé puis évacué par le service de sécurité.

25 minutes d’interruption

Dans la foulée, l'arbitre Pierre Gaillouste  s'est dirigé vers les bancs de touche et a signifié aux entraîneurs qu'il interrompait le match car la sécurité du corps arbitral n'était plus assurée.

L'interruption a finalement duré 25 minutes et le match a pu reprendre après une annonce du speaker qui indiquait que la rencontre serait définitivement arrêtée au moindre nouvel incident.

Pour les Messins, "l'arbitre a fait son show"

"C'est décevant pour le spectacle, un arbitre ne doit pas être acteur d'un match, les acteurs ce sont les joueurs. Il veut être acteur, c'est un mauvais film", a déploré Pierre Dréossi, le directeur sportif de Metz.

"Le Monsieur qui était là-bas, je ne veux pas l'appeler arbitre, il a fait son show, a de son côté commenté Laszlo Bölöni, l’entraîneur messin, qui a regretté aussi l'absence de VAR en L2. 

Guingamp était mené 3/1

Le premier quart d'heure avait pourtant été fou, dans le bon sens du terme, puisque les Mosellans menaient 3 à 1 grâce à un doublé d'Ablie Jallow (10e, 15e) et un but contre son camp de Vincent Manceau dès la deuxième minute. Jérémy Livolant avait quant à lui égalisé temporairement sur penalty (9e).

Mais à la demi-heure de jeu, Pierre Gaillouste a sorti un premier carton rouge pour un joueur mosellan : Kiki Kouyaté, averti dans un premier temps, a été exclu bêtement pour avoir contesté avec véhémence cette sanction et a précipité la défaite de son équipe (31e).

Stephen Quemper a d'abord réduit le score pour les Bretons en début de temps additionnel (45e+1), avant que l'arbitre ne siffle un second penalty en faveur de Guingamp.

Le gardien Alexandre Oukidja, qui revenait d'une suspension de trois matches, a été sanctionné pour avoir touché involontairement Livolant sur une sortie aérienne anodine et a été exclu directement par l'arbitre.  Le portier lorrain est sorti de la pelouse en larmes après cette décision très sévère qui a mis le feu aux poudres.

Gaëtan Courtet n'a pas tremblé pour ramener les Guingampais à hauteur des Messins juste avant la pause (45e+7). C'est au retour des vestiaires que l'arbitre, copieusement sifflé et insulté par le public, a adressé un troisième carton rouge à un joueur de Metz, Danley Jean-Jacques, pour un tacle violent sur le tibia de Tristan Muyumba (56e).

Vainqueur 6/3, Guingamp désormais 6e de Ligue 2

A la reprise du match, les Messins, réduits à huit, ont fini par craquer face à des Guingampais efficaces en encaissant trois nouveaux buts de Louiserre (69e), Tchimbembé (85e) et Livolant (88e).

Grâce à cette victoire, les Bretons remontent à la sixième place de Ligue 2.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité