Saint-Brieuc. Il montre une arme pour ne pas payer son bus

Publié le Mis à jour le

Ce mardi matin, à Saint-Brieuc, un jeune voyageur a montré une arme à une conductrice de bus urbain dans le but de s'exonérer de son titre de transport. 

La scène s'est déroulée ce mardi vers 11h30 dans un bus urbain circulant dans le quartier des Villages à Saint-Brieuc. A un arrêt, trois jeunes hommes montent. Deux compostent leurs billets quand le troisième se dirige vers la conductrice. Arrivé à son niveau, le voyageur s'adresse à elle : "Je viens de Paris. A Paris, on circule sans billet" lui dit-il, et, d'un geste de la main il entrouvre son blouson et laisse apparaître une arme, un pistolet automatique.  

La conductrice a essayé de raisonner le jeune homme, lui précisant entre autres qu'il y avait des contrôles. En vain. Elle a alors averti ses services et la police qu'un homme armé se trouvait dans son bus. Pendant les minutes suivantes, les trois voyageurs n'ont pas fait preuve d'agressivité.

Alertés, des policiers ont interpellé 10 minutes plus tard le trio dans un autre bus pris entre temps. L'arme s'est révélée être factice, en plastique.

Convoqué devant la justice

Les trois jeunes ont été entendus au commissariat. Les deux premiers, briochins, ont rapidement été libérés. Celui qui avait montré l'arme est originaire de la région parisienne et vient de sortir de prison, selon ses dires. Il a été remis en liberté après sa garde à vue mardi. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel pour le délit de menace avec arme, avec deux circonstances aggravantes : la menace d'un agent de service public et le fait que la scène s'est produite dans un bus.

Laurent Dufour, directeur départemental de la sécurité publique, a tenu à nous préciser que cet acte relevait de la petite délinquance, une manière pour l'auteur de se "donner de l'importance".

La conductrice de bus, choquée, a été libéré de son service nous a indiqué Martine Chauvin, la directrice générale de la société Baie d'Armor Transports. L'entreprise a déposé plainte.