David Lapartient : « il faudra réduire le nombre de motos sur les courses » cyclistes

Le cycliste Belge Antoine Demoitié est décédé à la suite d’un choc contre une moto suiveuse sur la course Gand-Wevelghem, créant l’émotion dans le peloton. Le maire de Sarzeau, David Lapartient, préside la Fédération Française de Cyclisme.

sur la course Gand-Wevelghem le 28 mars dernier. Ce vainqueur du Tour du Finistère en 2014 a été victime d'une lourde chute en compagnie d'autres coureurs, et a ensuite été heurté par une moto alors qu'il se trouvait au sol.

Son décès a ému le peloton qui, à travers l’association internationale des coureurs cyclistes (CPA) , a exigé que "la lumière soit faite sur les circonstances" .

En cause, le nombre de motos sur les courses, qui sont pourtant au cœur du dispositif pour véhiculer les commissaires, les médecins et les médias.

Si la responsabilité du motard, expérimenté, n’est pas mise en cause , l’accident s'inscrit en effet dans une série plus ou moins grave qui suscite débat. "La sécurité des coureurs doit être en première place dans les discussions", a insisté l'association internationale des coureurs.

« Ils ont fait beaucoup de propositions qui devront être entendues à mon sens par les instances » a estimé David Lapartient, le président de la Fédération Française de Cyclisme, « sans doute faudra-t-il aussi réduire les motos, qui ont tendance à trop augmenter au cours de ces dernières années »

« Cela doit interroger l’ensemble des instances, pour faire en sorte que ceux qui conduisent soient en capacité de le faire, que les formations soient aussi faites, et que l’on ait des gens expérimentés à ce niveau là » a ajouté David Lapartient, par ailleurs maire (LR) de Sarzeau.