Elections départementales. En Ille-et-Vilaine, Nadine Desprez, cheffe de file RN, dénonce "la préférence étrangère"

Il y a un an, Nadine Desprez était membre de LR. Cette DRH d'une entreprise de 200 salariés est désormais cheffe de file du RN pour les prochaines élections départementales en Ille-et Vilaine. Elle souhaite combattre ce qu’elle appelle "le scandale de la préférence étrangère". Entretien. 

Vous avez été une militante active au sein des LR . Vous avez  participé au niveau local à la campagne présidentielle de François Fillon et à la campagne des législatives d’Isabelle Le Callenec . Pourquoi avoir rejoint le Rassemblement national il y a un an ?

Chez les LR , à chaque fois que l’on perdait une élection, il y a avait des ateliers pour savoir qui on était, quelles étaient nos valeurs. J’en ai eu marre. En rejoignant le Rassemblement national, j’ai trouvé un mouvement sûr de ses convictions et avec un corpus idéologique.

En fait beaucoup de militants de droite que je connais adhèrent au discours RN mais il n’osent pas franchir le Rubicon,  souvent parce qu’il ont peur du «  qu’en-dira-t-on » et craignent encore d’être traités de fachiste ou de raciste . Alors c’est clair, en rejoignant le mouvement de Marine Le Pen, j’ai perdu beaucoup d’amis mais j’en ai gagné aussi.


Le RN est en progression dans les sondages sur la plan national . Mais au niveau local , en Bretagne, l’implantation reste faible. Quels sont vos objectifs en Ille-et-Vilaine pour les prochaines élections départementales ?

D’abord présenter un candidat RN dans tous les cantons. Et faire aussi bien qu’en 2015 où nous avions été qualifiés dans 5 seconds tours. La Bretagne de 2021 n’est plus celle d’il y a six ans .

Une chose est sûre : les dernières élections municipales ne sont pas un bon baromètre car beaucoup de nos électeurs ne se sont pas déplacés aux urnes par crainte d’être exposés au virus. Espérons qu’en juin prochain, le scrutin se déroulera dans des conditions normales .


Quel sera l’axe de votre campagne ?

Clairement nous souhaitons dénoncer ce que nous appelons  le « scandale de la  préférence étrangère « . Les choix budgétaires du Département sont trop orientés. L’Ille-et- Vilaine a en charge aujourd’hui 700 mineurs isolés. Chaque immigré coûte 4.500 euros par mois au contribuable.

Il faut savoir que l'auteur des incendies le mois dernier dans le quartier du Blosne à Rennes, en tant que demandeur d’asile, a été intégralement pris en charge dans un foyer géré par l’association Coalia. Débouté du droit d’asile, il s’est vu notifier une obligation de quitter le territoire et aurait dû être expulsé…depuis le 22 janvier 2020 !

Il est temps que la solidarité financière bénéficie à d’autres personnes vulnérables comme les sans-abri, les femmes isolées ou les femmes battues. Là, le Département peut faire beaucoup mieux .


A Rennes, la maire PS Nathalie Appéré prépare un livre blanc sur la sécurité. Les Rennais et les Rennaises seront invités à faire des propositions lors d’un "printemps de la concertation" . Que pensez vous de cette démarche ?

C’est une vaste blague. Si Nathalie Appéré veut évaluer l’insécurité à Rennes, elle n’a qu’à lire la presse ou tout simplement écouter le procureur de la République.

Quant aux nouvelles mesures annoncées, elles sont bien insuffisantes. Il faudrait doubler les effectifs de la police municipale. La brigade nocturne, elle,  n’est plus active après 2 h du matin. Quand aux équipements de la police municipale, il faut être plus réalistes. J’espère que les nouvelles voitures seront blindées. Aujourd’hui, dans les quartiers rennais, on tire à la kalashnikov.


Le Conseil municipal de Rennes vient de voter majoritairement pour la tenue d’un référendum sur la réunification. Votre position sur cette question ?

Nous sommes pour la réunification et nous estimons que c’est le peuple qui doit toujours avoir le dernier mot. Je note que Nathalie Appéré s’est abstenue . Les élus socialistes ne sont pas cohérents. Le président de Région  PS Loïg Chesnais-Girard est pour. Mais c’est aussi un Premier ministre socialiste, Jean-Marc Ayrault , qui a refusé cette réunification. Il faut de toute façon renouer avec notre histoire .


Souhaitez-vous comme Thierry Benoît, député UDI et conseiller départemental d’Ille-et-Vilaine, la suppression des Départements et la création d’une Assemblée unique de Bretagne ?

Le Département reste un échelon de proximité mais il faut plus de lisibilité dans notre mille-feuille territorial. Nous souhaitons la création des conseillers territoriaux. Pour l’Assemblée unique, je dois l’avouer, il y a débat au sein du Rassemblement national en Bretagne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections départementales 2021 élections