Exposition. 250 clichés de l'Américaine Vivian Maier débarquent à Pont-Aven et à Quimper ce vendredi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claire Louet avec AG et AFP

Les clichés de l'ancienne nounou et photographe américaine Vivian Maier, s'exposent pour la première fois, à compter de vendredi 4 février, à Quimper et Pont-Aven.

Vivian Maier, nounou dans des familles aisées, a 25 ans quand elle achète son premier appareil photo. Autodidacte éclairée, elle fait de la rue son théâtre, photographiant des inconnus, immortalisant des petits instants de vie au hasard de ses flâneries dans les quartiers populaires de New-York et Chicago, bien loin du rêve américain. 

Née à New York en 1926, la photographe de mère française a passé sa vie dans l'ombre, avant d'être révélée au public en 2011, deux ans après sa mort et grâce à la découverte fortuite de son corpus photographique (photos, films et négatifs) dans un garde-meubles à Chicago.

"Je pense que l'appareil photographique était le prolongement de sa main, un vecteur de relation au monde, explique Anne Morin, commissaire de cette exposition qui a lieu à la fois au musée de Pont-Aven et au musée des Beaux Arts de Quimper. 

L'oeil de la rue

 "Elle révèle ce qu'il se passe dans l'envers du décor. Quand elle parle des pauvres, elle n'est jamais dans un rapport critique, ils se présentent tels quels, il n'essayent pas de séduire ou même de sourire." 

En 45 ans, Vivian Maier a accumulé de façon presque compulsive 150 000 clichés non publiés, souvent même jamais développés. Un trésor qui a échappé de peu à l'oubli et qui éclaire la personnalité de cette femme atypique, pionnière dans l'art de l'autoportrait... bien avant la mode des selfies. 

La reine de l'auto-portrait 

"La raison pour laquelle elle a effectué autant d'autoportraits - qui s'évaluent à presque 80-100 par an sur 45 ans, ce qui est énorme... ça fait presque 5000 images, analyse Anne Morin, c'est un clin d'oeil à sa situation sociale, à ce déterminisme qu'elle a finalement embrassé puisqu'elle était domestique, sa mère était domestique et sa grand-mère cuisinière. C'est, d'une certaine manière, 'j'accepte ma condition mais j'affirme que j'ai une identité, que j'existe et que je m'inscris dans cette société qui me rejette'".

Près de 250 clichés et pour certains, des inédits, sont présentés pour la première fois en Bretagne jusqu'à la fin mai.

Au musée de Pont-Aven, vous trouverez près de 90 auto-portraits, dont aucun n'a encore été présenté en France et six sont totalement inédits.

Les deux expositions se prolongeront jusqu'au 29 mai avant d'être présentées à Bruxelles et Londres à partir de mi-juin.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité