Finistère. Une soirée clandestine de plus de 100 personnes déjouée par les gendarmes

Alertés par les services numériques de la gendarmerie du projet d'une soirée dans une villa à Clohars-Carnoët (Finistère), les gendarmes de la compagnie de Quimperlé ont empêché la tenue de cette fête clandestine vendredi 9 avril. Une soirée qui aurait du accueillir plus d'une centaine de jeunes.

Le petit port de Doëlan à Clohars-Carnoët (Finistère)
Le petit port de Doëlan à Clohars-Carnoët (Finistère) © J.M. Sotto

"Il y avait une petite dizaine de jeunes vers 18h30 à leur arrivée à la villa sur les hauteurs du port de Doëlan" explique le chef d’escadron Olivier Tourangin, commandant la compagnie de gendarmerie de Quimperlé.

Des jeunes venus de l'agglomération rennaise ce vendredi 9 avril pour organiser une fête tout le week-end dans cette grande maison avec piscine, louée sur le site internet leboncoin. Interpellés sur place, ils ont été verbalisés avec une amende de 135€ pour non-respect des règles de confinement.

 

Une invitation repérée sur les réseaux sociaux

Et si les gendarmes étaient présents sur les lieux dès l'arrivée des organisateurs de cette fête clandestine, c'est bien parce qu'ils avaient été prévenus. Les services de surveillance numérique de la gendarmerie nationale avaient remarqué que circulait sur les réseaux sociaux une invitation pour assister à cette fête clandestine. Les gendarmes de la compagnie de Quimperlé s'étaient mis à sillonner le secteur dès le vendredi matin pour repérer la maison grâce à la photo sur leboncoin.

Une fois identifiée l'habitation, rue des Hauts-de-Keruster à Clohars-Carnoët, les gendarmes ont pu contacter la propriétaire. Ils se sont ensuite postés à une vingtaine sur les lieux dans l'attente de l'arrivée des organisateurs. "Les organisateurs parlaient sur les réseaux sociaux de tournage d'un clip de rap et invitaient à une soirée de type Projet X avec une entrée payante de 10€ pour les filles et de 30€ pour les garçons" détaille le chef d’escadron Olivier Tourangin. "Vu la taille de cette belle maison, ils auraient pu accueillir entre 100 et 200 personnes" ajoute le militaire.

Lors de l'après-midi, plusieurs voisins avaient pu constater que des jeunes commençaient à leur demander où se trouvait la maison en photo. Ils avaient également alerté les gendarmes.


Une annonce bidon

"Ce que les organisateurs de la soirée ne savaient pas, c'est qu'ils s'étaient fait avoir. L'annonce sur leboncoin par le biais de laquelle ils avaient loué la maison étaient en fait bidon. La propriétaire avait d'ailleurs porté plainte pour cette fausse annonce" précise Olivier Tourangin. "Ils avaient même versé la moitié du prix de la location". Le lieu en fait, n'était donc pas disponible pour la fête.

 

Des habitués de ce type de soirée

Les organisateurs rennais de cette soirée avortée n'en sont cependant pas restés là, puisqu'ils ont essayé de transférer l'idée de la soirée sur Vignoc (Ille-et-Vilaine), via les réseaux sociaux une nouvelle fois, avant de jeter l'éponge en fin de soirée. Selon le chef d'escadron Tourangin, "cette même équipe d'organisateurs n'en serait pas à son premier coup" et pourrait être à l'origine d'une soirée à Ménéac (Morbihan) lors de laquelle une maison louée avait été saccagée et de nombreux jeunes verbalisés.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers confinement santé société covid-19