Brest : intoxication sur un cargo, un marin décède, trois autres évacués sur la Cavale Blanche

Quatre membres d’équipage d’un cargo ont été intoxiqués par des fumigations. Un homme est mort, les trois autres ont été évacués sur l’hôpital de la Cavale Blanche. 

Le cargo Fri Dolphin en rade de Brest
Le cargo Fri Dolphin en rade de Brest © France Télévisions - M. Herry

Quatre membres d’équipage d’un cargo ont été intoxiqués par des fumigations. L'un d'entre eux est décédé, les trois autres ont été pris en charge à l'hôpital à Brest.  

Les fumigations
sont réalisées sur les navires pour empêcher la propagation de parasites et de micro-organismes dans le chargement.

Le "Fri Dolphin", battant pavillon des Bahamas et transportant du maïs, a alerté le CROSS Corsen jeudi en début de soirée. Il se trouvait à 60 nautiques au Sud-Ouest de Lanvéoc, indique dans un communiqué la Préfecture maritime
 
Dans des conditions météorologiques particulièrement mauvaises, l’hélicoptère Caïman de la Marine nationale a effectué deux rotations pour déposer à bord un plongeur et l’équipe médicale du SAMU, précise la Préfecture maritime

Le décès d’un des quatre marins intoxiqués a alors été constaté.

Les trois autres victimes, dans un état stable, n’ont pas pu être hélitreuillées dans des conditions météo toujours dégradées. Le navire a alors fait route vers la rade de Brest pour faciliter leur débarquement.

Elles ont été transbordées en fin de nuit à bord du canot SNSM de Camaret-sur-Mer, avant d’être pris en charge par les pompiers à 6 heures 15 ce vendredi et évacuées vers l’hôpital de la Cavale Blanche à Brest.
 Les trois marins âgés de 30, 37 et 55 ans ont été intoxiqués au phosphure d’aluminium, précisent les pompiers, un produit qui peut être très toxique en cas d’inhalation.

Le cargo Fri Dolphin était parti des Sables d’Olonne. Il faisait route vers Hull en Angleterre.
 

Une enquête en cours


La préfecture maritime a prévu de faire accoster le cargo au port de commerce de Brest ce vendredi soir. Une mesure prise en accord avec l'armateur et qui vise à garantir la sécurité du navire, notamment en prévision de la dégradation météo à venir. L’équipage est pris en charge par l’armateur et sera hébergé dans la région.

Une enquête technique du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) Mer des Bahamas, assisté du BEA Mer français, a été ouverte pour déterminer les circonstances techniques de l'incident.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers mer santé pompiers