Dans le derby entre Brest et Rennes, de la confusion, mais pas de but (0-0)

Le Stade Rennais et le Stade Brestois s'opposent au stade Francis le Blé / © - Carole Collinet FTV
Le Stade Rennais et le Stade Brestois s'opposent au stade Francis le Blé / © - Carole Collinet FTV

Le Stade Francis Le Blé affichait complet pour cette première confrontation entre le Stade Brestois et le Stade Rennais. Malgré l'animation et l'ambiance, ainsi qu'un quart d'heure de confusion autour d'un but refusé, le score est resté vierge.

Par Stéphane Grammont

Le promu brestois retrouve depuis le début de la saison une billetterie en forme, et cela se confirme avec ce premier derby breton de Ligue 1, où les bagads n'avaient rien de surprenant, l'un des animateurs de ce début de saison, le Stade Rennais.

Il y avait 14 600 personnes dans les tribunes, dont 300 Rennais qui avaient fait le déplacement.
 

Et c'est bien les brestois qui ont mis le plus d'envie dans cette entame de match, les rennais ayant du mal à conserver le ballon, et dans les dix premières minutes, du mal à jauger leur adversaire.

Il faut attendre la dixième minute pour voir apparaitre un premier ballon dans la surface des brestois, avec une première tête de Sibatcheu. Le Stade Brestois répondant par une reprise de Court, non cadrée, sur un centre de Charbonnier.

Au quart d'heure de jeu, le match s'est rééquilibré en baissant légèrement d'intensité.

Dès ses premiers ballons, la recrue prestigieuse du mercato côté rennais, Raphina, a montré ses qualités techniques et sa créativité, mettant de la vitesse dans le jeu des Rouge et Noirs.

Le Brésilien, venu du Sporting de Lisbonne, s'est bien trouvé avec Bourigeaud. Ensemble, ils ont proposé plusieurs actions devant le but brestois durant la première demi-heure de jeu, au terme de laquelle le Stade Rennais avait pris l'ascendant sur le Stade Brestois.
 
Le bilan à la pause: peu d'actions franches des deux cotés, avec aucun tir cadré, mais un jeu plaisant. "On savait que ça allait être compliqué et qu'ils allaient essayer de commencer fort. Pour l'instant c'est le dernier geste qui pêche un peu" a commenté Benjamin Bourigeaud.

Une belle ambiance


Peu après la reprise, le premier tir cadré arrive du côté du Stade Brestois avec une frappe écrasée sur le gardien rennais d'Autret, après avoir remonté seul une moitié de terrain. Une seconde période qui débute par un jeu saccadé rythmé par des fautes.

L'arbitre international Clément Turpin refuse un but à Da Silva, hors-jeu, sur un coup franc (51').

L'ambiance était belle à Francis le Blé, les 14 000 supporters donnant de la voix pour encourager le Stade Brestois durant son temps fort, marqué par plusieurs occasions devant le but du gardien rennais.
 

Une situation confuse


Un choc avec Casttelleto a mis ko le gardien brestois Larsonneur alors que le ballon filait dans les filets (65'). Une surprise alors que Clément Turpin avait tardé à siffler une faute de Sibatcheu. Une situation confuse qui donne l'avantage au Stade Rennais, dans l'incompréhension générale.

Clément Turpin, devant peut-être le refus des joueurs brestois de reprendre le jeu, finis par recourir à la VAR et aller voir les images. Ces dernières montrent Sibatcheu pousser castelletto qui s'effondre sur son gardien. Le but, qui avait été attribué à Raphina, est finalement refusé.

Le jeu ne reprend qu' à la 74ème minute.

La fin de la partie  est plus intense, et les actions plus franches, comme cette reprise de Gaétan Charbonnier qui aurait pu délivrer les brestois dans les arrêts de jeu, mais le gardien rennais l'a repoussée des poings dans un arrêt réflexe.

Mais les arrêts de jeu ne pourront pas départager les deux clubs bretons, qui restent sur un match nul au coup de sifflet final.







 

Sur le même sujet

La Lorientaise 2019 : l'échauffement avant le départ

Les + Lus