Confinement : la liaison aérienne Brest-Ouessant stoppée

Suite aux mesures de confinement, la compagnie Finist'air assurant la liaison entre Brest-Guipavas et Ouessant est contrainte de mettre fin aux vols réguliers. Seuls le maire d'Ouessant et le préfet du Finistère pourront ordonner des vols jugés nécessaires.
Ce Cessna Caravan de 9 places avec civière effectue, en temps normal, deux rotations par jour entre l'îe d'Ouessant et le continent. Depuis ce mardi, il ne peut voler que sur réquisition du préfet du Finistère ou du maire d'Ouessant.
Ce Cessna Caravan de 9 places avec civière effectue, en temps normal, deux rotations par jour entre l'îe d'Ouessant et le continent. Depuis ce mardi, il ne peut voler que sur réquisition du préfet du Finistère ou du maire d'Ouessant. © Compagnie aérienne Finist’Air

Cette fois, ce n'est pas une tempête qui coupe les Ouessantins du monde, mais un virus. La liaison aérienne Guipavas-Ouessant est interrompue depuis ce mardi matin et ce, jusqu'à nouvel ordre. En cause, le confinement ordonné par l'Etat pour lutter contre la pandémie de Covid -19. Seuls, le préfet du Finistère et le maire d'Ouessant peuvent réquisitionner l'avion : pour des urgences médicales, pour des traitements médicaux lourds sur le continent et pour du fret (120 tonnes transitent par avion chaque année). Le personnel soignant travaillant sur l'île et domicilié sur le continent peut également utiliser cet avion.  Les Ouessantins encore sur le continent devront, eux, regagner leur domicile en bateau.


L'avion est utilisé à 75% par les Ouessantins


Deux pilotes de la compagnie Finist'air restent d'astreinte en cas de besoin. Leur avion de neuf places, équipé d'une civière, effectue en temps ordinaire, quotidiennement, un aller-retour en début de matinée et un autre en fin d'après-midi entre l'île et l'aéroport de Brest-Guipavas. Sur les 6000 passagers annuels, 75% résident sur Ouessant. Deux heures de bateau seront maintenant nécessaires pour rejoindre leur île contre vingt minutes d'avion habituellement
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens covid-19 santé société économie transports