• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une grande collecte de manuscrits en breton lancée par le Centre de recherche bretonne et celtique

"Nous sommes intéressés par le moindre petit carnet mais aussi bien sûr par des fonds plus complets rassemblés par des collectionneurs passionnés". / © M.Herry / France 3 Bretagne
"Nous sommes intéressés par le moindre petit carnet mais aussi bien sûr par des fonds plus complets rassemblés par des collectionneurs passionnés". / © M.Herry / France 3 Bretagne

Des trésors de langue bretonne dorment peut-être dans vos greniers. Le centre de recherche bretonne et celtique, basé à Brest, lance un appel au don ou au prêt de documents manuscrits et imprimés. Ils seront numérisés, conservés et étudiés.
 

Par Mathieu Herry

Sur la table, des carnets rédigés à l’intention des prêtres missionnaires du début du XXème siècle, des sermons en breton, prononcés au XIXème siècle, des partitions musicales, des cantiques, un recueil de proverbes écrit à la main.

Les documents qui s’étalent ne sont qu’une petite partie de ce qu’a collecté depuis 40 ans Hubert Arzel, un Brestois passionné d’Histoire. Il a décidé de confier certains de ses trésors au Centre de recherche bretonne et celtique.

 

Trésors endormis



Les chercheurs du CRBC, basé à Brest mais également présent à Rennes, pensent que d’autres documents de valeur dorment dans les armoires ou les greniers bretons. « Les gens ne savent pas quoi en faire. Ils ne veulent pas les jeter mais se demandent sûrement qui cela peut intéresser. La valeur d’un document est à évaluer, surtout si on ne parle pas breton », explique Ronan Calvez, directeur du CRBC.
 

Paperoù


L’organisme de recherche, associé au CNRS, lance donc un appel au don ou au prêt de documents dans toute la Bretagne.
« Nous sommes intéressés par le moindre petit carnet, mais aussi bien sûr par des fonds plus complets rassemblés par des collectionneurs passionnés », précise Fañch Broudic, membre du comité de pilotage de cette collecte baptisée Paperoù ("papiers" en breton).

 

Enrichir la connaissance de la langue bretonne



Les documents seront ensuite numérisés et pourront être analysés par les chercheurs ou les étudiants en langue bretonne de Brest, de Rennes ou d’ailleurs.
« On entend souvent que la langue bretonne ne s’écrivait pas. Or il existe de nombreux documents, des lettres de Poilus, des prêches de curés qui nous aident à enrichir notre connaissance de l’histoire de la langue bretonne », indique Mannaig Thomas, enseignante chercheuse au CRBC.

L’opération Paperoù est inspirée par les récentes collectes d’archives autour de la Grande Guerre. Les documents peuvent être confiés directement au CRBC, à Brest, mais aussi aux archives départementales du Finistère, du Morbihan, des Côtes d’Armor et d’Ille et Vilaine, avec qui des conventions ont été signées.
 

Le CRBC s'ouvre au public le 27 avril


Samedi 27 avril, une journée portes ouvertes du CRBC, installé dans la faculté de Lettres Victor Ségalen de Brest, permettra aussi d’apporter ses documents et de voir où ils seront stockés et exploités. Elle fait également partie des événements organisés pour fêter les 50 ans du CRBC tout au long de cette année 2019.
Renseignements auprès du CRBC et paperou@univ-brest.fr

 

 

Sur le même sujet

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée

Les + Lus