Mort du Brestois Clément Méric : 11 et 7 ans de réclusion requis en appel contre les deux accusés

L'accusation a requis vendredi des peines de onze et sept ans de prison à l'encontre des deux ex-skinheads jugés en appel à Evry devant la cour d'assises de l'Essonne pour la mort "absurde" et "évitable" de l'antifasciste Clément Méric en 2013 à Paris.

Samuel Dufour (à droite) and Esteban Morillo (à gauche), à leur arrivée à la cour d'assises de l'Essonne à Evry ce jeudi 3 juin 2021
Samuel Dufour (à droite) and Esteban Morillo (à gauche), à leur arrivée à la cour d'assises de l'Essonne à Evry ce jeudi 3 juin 2021 © AFP - G. Van Der Hasselt

La peine la plus lourde, 11 ans, a été demandée contre Esteban Morillo, qui a reconnu être l'auteur des coups mortels et condamné à la même peine en première instance. Il encourt jusqu'à 20 ans de réclusion pour coups mortels portés en réunion et avec une arme.

Sept ans ont été requis à l'encontre de Samuel Dufour, condamné également à un peine identique en 2018.

 

Si la rencontre est fortuite, le dossier démontre que la mort de Clément Méric n'était pas le fruit du hasard. Il y a eu une montée en puissance et une forme de haine

Philippe Courroye, avocat général de la cour d'assises de l'Essonne

Lors de son réquisitoire de deux heures, l'avocat général Philippe Courroye a demandé à la cour de retenir "l'utilisation d'une arme" par les deux accusés, un poing américain dont il ont tous les deux nié l'usage pendant les débats.


Le 5 juin 2013, Clément Méric, étudiant brestois de 18 ans et militant antifasciste, s'est écroulé sur le bitume en plein Paris, lors d'une rixe violente et brève entre militants d'extrême gauche et skinheads d'extrême droite, en marge d'une vente privée de vêtements de la marque Fred Perry.

Ils ne sont pas jugés parce qu'ils sont ou ont été skinheads, mais qu'on le veuille ou non, dans l'enchaînement des faits, en toile de fond il y a un carburant inquiétant, celui du sectarisme, de l'ostracisme, de l'exclusion de celui qui ne pense pas comme nous

Philippe Courroye, avocat général de la cour d'assises de l'Essonne

L'avocat général a ainsi évoqué la "dérive commune" des accusés vers une "idéologie toxique".

"J'ose espérer que vous avez pris vos distances avec cette idéologie mortifère", a soufflé le magistrat, ajoutant que la mort de Clément était "inévitable" et "absurde".

Le verdict est attendu vendredi soir, après les plaidoiries de la défense.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société