• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Des œuvres rarement exposées au musée de Pont-Aven

Le Portrait de Madame Schuffenecker, Émile Bernard - 1888 / © France 3 Bretagne
Le Portrait de Madame Schuffenecker, Émile Bernard - 1888 / © France 3 Bretagne

Après un mois de fermeture, le Musée de Pont-Aven vient de rouvrir, pour une exposition exceptionnelle, « Pont-Aven, berceau de la modernité », une collection privée jusqu’alors jamais présentée dans le musée, vingt-trois tableaux prêtés jusqu’en 2019 par un mécène.

Par Krystell Veillard

Avec 117 000 entrées l'an dernier, le musée de Pont-Aven est le premier de Bretagne, devant Rennes ou Quimper. Il vient de rouvrir après un mois de fermeture, pour une exposition exceptionnelle, « Pont-Aven, berceau de la modernité ». Jusqu'en 2019, il va pouvoir faire découvrir au public 23 tableaux d'une collection privée, celle d'Alexandre Mouradian, l'un des plus grands collectionneurs de l'école de Pont-Aven. 

23 tableaux prêtés au musée durant un an


Le mécène, homme d'affaire franco-suisse, passionné par la peinture d'Emile Bernard, a accepté de se séparer durant un an de ses toiles de maîtres pour les prêter au musée. Des oeuvres signés des plus grands noms de la peinture moderne: Emile Bernard mais aussi Paul Sérusier ou Maxime Maufra en passant par les étrangers, SlewinskiMeyer de Haan, ou O'Connor.
"Je suis très content que tout le monde puisse partager ces émotions et ces découvertes, explique Alexadre Mouradian, une collection de peintres de Pont-Aven c'est un parcours initiatique, il y a quelque chose de mystique dans l'école de Pont-Aven"

Des oeuvres intégrées à un nouveau parcours 


Ce prêt a conduit le musée à repenser son parcours permanent pour intégrer les toiles à celles du musée. "Le corpus muséal est bien connu et recensé, alors que dans les collections privées, on fait toujours des découvertes. Donc notre ambition avec cette exposition c'est d'offrir aux visiteurs des oeuvres qu'ils n'ont peut-être jamais vues a ce jour" indique la conservatrice du musée, Estelle Guille des Buttes. 

"Les trois bretonnes en coiffe de veuve" d'Emile Bernard - détail / © France 3 Bretagne
"Les trois bretonnes en coiffe de veuve" d'Emile Bernard - détail / © France 3 Bretagne

"Les trois Bretonnes en coiffe de veuve"


L'occasion par exemple d'admirer "Les trois Bretonnes en coiffe de veuve" d'Emile Bernard, une toile achetée aux enchères à Brest au mois de novembre dernier pour 235 000 euros. Le peintre a 20 ans, quand il peint ce petit tableau. "Pour moi c'est le début de l'art moderne, là il peint une idée, il ne peint plus ce qu'il voit. C'est vraiment le début de l'abstraction, à rapprocher du "Talisman" de Sérusier. C'est un tableau d'une importance énorme pour l'histoire de l'art" s'enthousiasme le collectionneur.
Et pour les visiteurs, qui regretteraient l'absence de toiles de Gauguin, Alexandre Mouradian n'a pas acquis pour l'instant de tableau du maître, mais il y travaille, assure t-il.

Le reportage à Pont-Aven (29) de Claire Louet et Stéphane Soviller

Exposition - collection privée musée de Pont-Aven
Le reportage à Pont-Aven (29) de Claire Louet et Stéphane Soviller - Interviews : Alexandre Mouradian, collectionneur - Estelle Guille des Buttes, conservatrice en chef du musée de Pont-Aven


Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus