Concarneau : mise à l'eau d'un bateau qui puise son énergie dans les déchets plastiques

L'équipe de Plastic Odyssey à bord du prototype Ulysse / © Claire Louet - France 3 Bretagne
L'équipe de Plastic Odyssey à bord du prototype Ulysse / © Claire Louet - France 3 Bretagne

Un bateau propulsé par des déchets plastiques. Baptisé Ulysse, ce prototype miniaturisé d'un catamaran révolutionnaire, imaginé par l'organisation Plastic Odyssey, est mis à l'eau et inauguré ce vendredi à Concarneau.

Par Krystell Veillard

Il s'appelle Ulysse, et ce petit esquif de 6 mètre de longs, d'un genre très particulier a pour carburant, les déchets plastiques. Un prototype mis à l'eau et inauguré ce vendredi à Concarneau, dans le Finistère, où il a été fabriqué, avec le soutien du skipper breton Roland Jourdain. Une inauguration en présence de ses concepteurs, l'équipe bordelaise de Plastic Odyssey.

Des machines embarquées pour recycler le plastique

Les résidus plastiques récoltés par l'embarcation sont donc transformés en carburant pour faire tourner ses moteurs, par le biais d'une unité de pyrolyse embarquée. A partir de 60 kg de plastique, l'unité produit 60l de carburant, dont 2/3 de désel et 1/3 d'essence.



Les machines à bord d'Ulysse pour recycler les déchets plastiques / © Claire Louet - France 3 Bretagne
Les machines à bord d'Ulysse pour recycler les déchets plastiques / © Claire Louet - France 3 Bretagne

Développer des économies locales autour du recyclage du plastique

Ulysse est en réalité le prototype miniaturisé, d'un futur catamaran de 25 mètres, qui à partir de 2020 aura pour mission de faire le tour du monde. Un bateau construit à La Rochelle. Pour cette expédition de trois années, une trentaine d'escales, est d'ores et déjà programmée. L'objectif du projet, porté par Plastic Odyssey, est d'apporter les outils et les machines pour recycler les déchets plastiques dans les endroits les plus reculés de la planète. Des machines, et c'est la grande nouveauté, miniaturisées au point de pouvoir être embarquées sur un bateau. L'idée n'étant pas de nettoyer les océans, tâche impossible, mais de ramasser le plastique sur le littoral avec les habitants, de le trier et de le recycler, transformé soit en nouveaux produits pour l'économie locale, soit en carburant pour la propulsion du bateau. Le but étant de développer une économie autour de ce recyclage du plastique dans les pays visités.



A lire aussi

Sur le même sujet

Un procès pour essayer d'éclairer la mort de Clément Méric

Les + Lus