Contre les "fermes-usines", Greenpeace déverse du lisier devant le ministère de l'Agriculture

Faux poulets de batterie, vraies algues vertes et purin: des militants de l'ONG environnementale Greenpeace ont répandu lundi des milliers de litres de lisier devant le ministère de l'Agriculture. Ils réclament "un moratoire sur les fermes-usines" au nom du bien-être animal et de la protection de la planète.

Arrivés vers 09H00 devant le ministère, une bétaillère contenant un cochon géant gonflable et un camion grillagé transportant des militants déguisés en poulets ont bloqué la rue de Varenne.

Rapidement, des activistes vêtus de combinaisons blanches et d'un T-shirt floqué du slogan "Stop fermes usines", ont commencé à déverser du lisier, un mélange liquide d'excréments animaux servant d'engrais, sur une bande-son de vrais cris de porcs.

Pour la transition écologique et le bien-être animal, Greenpeace demande un moratoire

"Nous avons déversé deux tonnes de lisier pour dénoncer le modèle d'élevage industriel qui, face à la crise environnementale et climatique, doit faire l'objet d'une profonde transformation", a expliqué Sandy Olivar Calvo, chargée de campagne Agriculture à Greenpeace France.

L'opération a pris fin vers 11H00, "onze activistes" ayant été interpellés selon l'ONG.

"Nous demandons un moratoire sur tous les nouveaux projets de construction ou d'extension de fermes-usines en France. Dans le cadre de la transition écologique et pour le bien-être animal, il est nécessaire de déployer d'autres modèles d'élevage", a ajouté Sandy Olivar Calvo.

3000 fermes usines en France, les 2/3 dans l'Ouest

L'ONG place sous l'appellation "ferme-usine" les exploitations devant faire l'objet d'une autorisation des services de l'État en raison de leur impact potentiel: ces fermes peuvent accueillir jusqu'à 750 truies ou plus de 40.000 volailles.

Sur la base de données du ministère de la Transition écologique, Greenpeace recense quelque 3.000 "fermes-usines" en France (sur 145.000 exploitations spécialisées dans l'élevage), principalement de volailles et de porcs. Les deux tiers se concentrent dans l'ouest du pays.

"Ces fermes-usines, c'est 3% de l'élevage qui concentre 60% du cheptel. En Bretagne, cette concentration contribue à polluer les nappes phréatiques et à la prolifération des algues vertes", a affirmé une militante, en désignant des fûts d'algues vertes marqués d'une tête de mort au pied du camion.

L'ONG s'inquiète de la future loi d'orientation agricole, plusieurs fois reportée et désormais annoncée pour début 2024. "Ce texte, qui sera l'unique loi agricole du quinquennat, doit être l'occasion de repenser l'élevage en France", a plaidé Sandy Olivar Calvo, déplorant "un cruel manque d'ambition du gouvernement".

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité