INNOVATION. Moules, huîtres, Saint-Jacques... quand les coquilles vides deviennent une matière première durable

Coquilles vides de moules, d'huîtres, de Saint-Jacques... Il y en a beaucoup, partout. Et en plus, elles ont des caractéristiques mécaniques (résistance, solidité, étanchéïté...) idéales pour en faire un bon matériau de construction. Dans le Finistère, Morgan Guyader s'est lancé. La réalisatrice Mégane Murgia l'a rencontré.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La Houle. C'est le nom de la mini web-série que vous pouvez retrouver régulièrement sur le compte Instagram de France 3 Bretagne. Dans chaque épisode, la réalisatrice, Mégane Murgia, nous emmène à la rencontre de personnalités inspirées par le monde de la mer.

Les coquillages de Morgan Guyader

Nous entrons aujourd'hui dans le monde de Morgan Guyader. Il fabrique des objets pour l'architecture et le design, à base exclusivement de coquilles vides de moules, d'huîtres ou encore de Saint-Jacques. Une production locale dans une logique écoresponsable.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Littoral (@maglittoral)

Recycler des coquilles pour créer un matériau durable

250.000 tonnes de coquilles vides sont jetées chaque année. Morgan Guyader s'est dit qu'on pouvait peut-être en faire quelque chose. Il a donc mis au point un procédé, à base de coquilles concassées et de pâte naturelle n'ayant pas besoin de séchage au four, permettant la fabrication de nombreux objets et matériaux de construction. Plats, carrelages, objets de décoration... les usages sont nombreux et leur esthétisme ainsi que leur qualité naturelle sont très appréciés par les architectes et les designers.

Esthétique, technique, fabriqué en France

 

"L'idée m'est venue après mes études" explique-t-il. "Je travaillais les week-ends avec mon beau-frère qui est ostréiculteur à Noirmoutier. J'allais vendre ses coquillages en région parisienne, et à ce moment-là je me suis rendu compte que je jetais beaucoup de coquillages à la fin de mes marchés. En parallèle, en tant que designer, je ne trouve pas de matériau qui soit esthétique, technique, et réellement fabriqué en France. J'ai décidé de transformer ces deux problèmes en une opportunité". 

Et Morgan a alors créé son entreprise, Malakio, installée dans le Finistère.

"Ayant grandi à Brest, je côtoie les coquillages depuis mon enfance."

Morgan Guyader

Créateur de Malakio

L'an dernier, il a ainsi recyclé 10 tonnes de coquillages. Morgan explique qu'il s'est fixé plusieurs objectifs, afin d'être en accord avec ses valeurs. D'abord, il ne récupère pas les coquillages sur les plages, pour ne pas avoir d'impact sur l'écosystème. Ensuite, sa volonté est de s'inscrire dans un processus de fabrication "low tech", c’est-à-dire consommant le moins d'eau et le moins d'énergie possible. 

Aujourd'hui, il est à la tête d'une petite équipe, heureux d'exercer un métier qu'il a inventé, en accord avec ses valeurs.

Le tuto !

Et si vous aussi, vous vous demandez comment recycler vos coquilles vides, Mégane Murgia vous propose ce petit tuto :

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Littoral (@maglittoral)

Toutes les autres rencontres de Mégane Murgia sont à retrouver régulièrement sur le compte Instagram de France 3 Bretagne, et tous les épisodes de La Houle sont regroupés sur notre plateforme France.tv.