Procès Troadec : Hubert Caouissin condamné à 30 ans de prison

Publié le Mis à jour le
Écrit par Séverine Breton .

Hubert Caouissin a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle. Les jurés ont reconnu une altération de son discernement au moment du meurtre de sa belle famille. Lydie Troadec est reconnue coupable de recel de cadavres et modification de scène de crime et condamnée à trois années de prison.

Il a fallu plus de sept heures aux jurés pour se prononcer. Les avocats généraux avaient requis la réclusion à perpétuité, assortie d'une période de sureté de 22 ans contre Hubert Caouissin. La peine maximale, trois ans de prison ferme, avait également été requise à l'encontre de sa femme, Lydie Troadec, 52 ans, jugée pour modification de scène de crimes et recel de cadavres.

"Je demande pardon à Sébastien. Je demande pardon à Charlotte. Je demande pardon à Brigitte. Je demande pardon à Pascal." Quelques minutes avant que les jurés ne partent délibérer, Hubert Caouissin a, une dernière fois,  pris la parole. Convaincu que son beau-frère Pascal Troadec avait dérobé un trésor familial de lingots d'or, l'accusé s’était rendu à son domicile à Orvault en Loire Atlantique le 16 février 2017. Il avait tué toute la famille, Pascal, sa femme Brigitte et leurs deux enfants, Charlotte (18 ans ) et Sébastien (20 ans) à coups de pied de biche avant de démembrer leurs corps pour les faire disparaitre.   

"Je regrette infiniment ce qui s'est passé et ce que j'ai fait après, particulièrement pour les proches" a ajouté Hubert Caouissin.

Altération du discernement ?

Pendant les 12 jours du procès, la Cour d’assises de Loire Atlantique s’est questionnée sur la personnalité de cet homme. Son enfance malheureuse, sa mère alcoolique et violente, ses difficultés. Dans leurs plaidoiries, ses avocats ont insisté sur l’absence de préméditation et sur l’altération de son discernement au moment des faits, car en droit, qui dit altération du discernement dit attéuation de la peine.

"Le sujet s'est débranché de la réalité, sa conviction emporte toutes les preuves, toutes les contre-argumentations", a expliqué l’un des experts à la cour. Il n'y a pas, il n'y a sans doute jamais eu de lingots d'or, mais Hubert Caouissin continue de croire à l'existence de ce trésor. 

"Il dit qu’il va à Orvault pour chercher des preuves, précise maitre Larvor. Il emmène un crayon, un carnet, un appareil photo et un stéthoscope. Dans son récit il parle de tempes qui claquent, de peur. Il dit être resté prostré deux heures dans le garage avant de partir ? Ce n’est pas le signe du monstre froid qu’on nous décrit. La peine doit permettre de conserver l’accusé dans la communauté des humains.  Les experts nous disent qu’en dehors de sa trajectoire paranoïaque, il ne présente pas d’éléments de dangerosité.."

Et l'avocat poursuit :" Vous pensez que Hubert Caouissin n’était pas atteint d’une part de folie quand il détruit les corps. Le délire est constitué, je ne vois pas comment on ne peut pas considérer que nous sommes devant une personnalité délirante". Maitre Larvor cite encore les rapports des psychiatres et psychologues. Tous les experts ont conclu que le jugement d'Hubert Caouissin avait été altéré, ils parlent "d’obsession", de "paranoïa atroce", de "cage mentale."

" Je vous supplie de ne pas prononcer cette peine maximum contre Hubert Caouissin"

Thierry Fillion, l'autre avocat d'Hubert Caouissin se tourne vers les jurés et implore la cour « Je vous supplie de ne pas prononcer cette peine maximum contre Hubert Caouissin. Jugez monsieur Caouissin tel qu’il est."

"On peut dire les faits sont trop abominables, il y a quatre morts et puisqu'il y a quatre morts, ce sera forcément la perpétuité, mais à ce moment là, il n'y a même pas besoin de procès" s'agace-t-il. 

Dans leurs réquisitoires, les avocats généraux avaient réclamé la prison à perpétuité avec une peine de sureté de 22 ans. "Monsieur Caouissin est à l'origine de la mort de quatre personnes dans un bain de sang épouvantable. (...) Il est trop dangereux, il n'est pas question qu'il sorte", affirmait Charlotte Gazzera,

"Quel âge aura Hubert Caouissin ?" répond maitre Fillion. "Il aura 72 ans, cet homme sera encore dangereux, il ira dans une maison au hasard pour tuer une famille ? Alors que ses persécuteurs dans son délire paranoïaque ne sont plus là. Que l’or aura perdu toute réalité ? Il n’y aucune raison de condamner un homme au désespoir. Ayez le courage de ne pas condamner cet homme à perpétuité."

Les jurés ont reconnu que son discernement était altéré. Il n'est pas condamné à la perpétuité. Ses avocats se disent soulagés qu'aucune peine de sureté n'ait été prononcée. 

3 ans de prison pour Lydie Troadec

Pas d'altération en revanche pour Lydie Troadec qui comparaissait pour modification de scène de crimes et recel de cadavres. Au cours du procès, elle a expliqué combien elle s’en voulait "d'avoir cru à une telle absurdité" concernant l'or. "Croire, c'est une chose. Les conséquences, c'en est une autre", avait-t-elle ajouté.

"Je vous demande de retenir l’altération, plaide Maitre Crestin, son avocat. Elle était sous l’empire d’un délire à deux.. Quelle tristesse pour Mme Troadec. Elle vit avec cette responsabilité morale depuis quatre ans. Comment penser que Lydie Troadec n’est pas une victime interroge-t-il.  C’est une victime coupable ou une coupable victime ?. Lydie n’a pas dirigé les idées, elle a diffusé un brouillard, dit l’expert mais elle est elle-même dans ce brouillard."

Elle est condamnée à trois années de prison, dont une avec sursis. Elle dormira en prison ce soir car la cour a demandé un mandat de dépot. 

En terminant sa plaidoirie, son avocat avait rappelé que demain serait le jour anniversaire de leur enfant :  "Sa première pensée demain sera pour son fils qui va avoir 13 ans. Sa seconde pensée sera pour Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité