• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Une fillette ébouillantée à Quemper-Guézennec : la mère en prison pour privation de soins

© MaxPPP
© MaxPPP

La mère d'une fillette de 5 ans, ébouillantée par son conjoint, restera en détention provisoire pour "privation de soins". Le beau-père de la fillette l'avait plongée dans un bain à 69° pour la punir. La mère avait caché les faits, faisant passer cela pour un accident.

Par SG/CA (PressPepper)


La chambre de l'instruction de Rennes à décidé de maintenir en détention provisoire la mère d'une petite-fille de 5 ans, brûlée au troisième degré par son beau-père dans la maison familiale de Quemper-Guézennec. Pour couvrir son conjoint, la maman avait attendu deux jours avant d'amener sa fille aux urgences.

La mère de 25 ans, était pourtant absente au moment des faits, le 12 novembre 2018, quand le drame a eu lieu. Son conjoint, âgé de 23 ans, était seul avec la petite fille de 5 ans, née d'une première union de la maman. Il aurait plongé l'enfant dans un bain brûlant pour la punir. Ce dernier était régulièrement violent envers la fillette. La jeune mère a même avoué donner des fessées à sa fille " pour que ce ne soit pas lui qui le fasse".

"Il a fait entrer la violence dans cette maison, explique Me Jean-Guillaume Le Mintier, l'avocat de la mère de la fillette. Il a déjà eu affaire avec la justice pour des violences. Il avait introduit les punitions corporelles sur les enfants".

Le papa du deuxième enfant de la jeune mère, a d'ailleurs décidé de récupérer son petit garçon de 2 ans après l'arrivée du nouveau compagnon au sein du foyer. Le papa de la petite fille de 5 ans, lui, est décédé il y a quelques années dans un accident de la circulation.

Quand la maman revient des courses ce jour-là, elle trouve son enfant gravement brûlée sur tout le bas du corps. Son conjoint et la petite-fille lui affirment tous les deux qu'elle s'est renversé une casserole d'eau bouillante. "La maman va à la pharmacie pour acheter du tulle gras et soigner elle-même les blessures, ajoute son avocat. Elle soupçonnait son conjoint d'avoir mal agi, mais elle ne voulait pas qu'il ait d'autres démêlés avec la justice".

Pendant deux jours la fillette est soignée chez elle, souffrant terriblement. Elle se gratte tellement que les adultes de la maison décident de lui attacher les mains. Elle est finalement conduite aux urgences à Saint-Brieuc, deux jours après ce qui est présenté au médecin comme un accident. Mais l'hôpital fait immédiatement un signalement au procureur de la république, qui place la mère et son conjoint en garde à vue.

La mère s'accuse d'abord, pour dédouaner son compagnon. Ce dernier finit par avouer l'avoir mis dans un bain trop chaud, "sans s'en être rendu compte". Les experts vont estimer que la température du bain était de 69° C. Les brûlures profondes couvrent les jambes, les fesses et le bas ventre. Le beau-père est mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente", la mère pour "privation de soins compromettant la santé d'un mineur".

"Elle est rongée par la honte d'avoir protégé cet homme plutôt que sa fille, poursuit Me Le Mintier. Son enfant est aujourd'hui placé chez ses grands-parents, dans le Nord de la France". La chambre de l'instruction a rejeté la demande de mise en liberté de la maman.
 

Sur le même sujet

Littoral, Le Vendémiaire

Les + Lus

Les + Partagés