Tour de France 2022 : le Breton David Gaudu est toujours 5ème au général mais ses rêves de podium s'envolent

5ème du classement général à l'issue de l'étape du jour qui s'est achevée à Peyragudes, le coureur finistérien David Gaudu voit ses rêves de podium sur la Grande Boucle 2022 s'envoler. Mais le cycliste originaire de Landivisiau est toujours dans le Top 10, notamment grâce au Brestois Valentin Madouas.

Le Finistérien David Gaudu visait un podium au départ du Tour, mais il aura du mal à remplir son objectif.

Septième de cette 17ème étape et cinquième au classement général, à 7 min 57 sec du leader Jonas Vingegaard, le grimpeur breton de la Groupama-FDJ compte ce mercredi soir trois minutes de retard sur le troisième, Geraint Thomas qui est plus fort que lui en contre-la-montre.

Mais, à défaut de victoire française - il reste quatre étapes pour éviter le zéro pointé comme en 1926 et 1999 - il permet lui aussi au cyclisme français à tenir son rang dans ce Tour en s'ancrant solidement dans le Top 10.

"Je me blinde dans la tête de bonnes émotions pour essayer de tenir parce que j'ai mal aux pattes, je suis à fond tout le temps. C'est ma tête qui dirige et qui me dit: 'tu n'as pas le droit de lâcher, tu n'as pas le droit de lâcher'. Et ça fonctionne", a-t-il dit à l'arrivée.

Merci Valentin Madouas

Il a aussi pu compter sur ses équipiers, à commencer par le Brestois Valentin Madouas. "Sans lui, je ne suis pas grand-chose. Il m'a trainé toute l'avant-dernière montée avec Thibaut (Pinot), il m'a traîné dans la vallée et m'a traîné dans la dernière montée", a résumé David Gaudu.

"David n'était pas dans une excellente journée, alors on a essayé de gérer au mieux nos ascensions", a expliqué Valentin Madouas, formidable depuis le début de ce Tour et désormais 13ème au classement général. "On n'a aucun regret à avoir, on est à notre niveau, a-t-il ajouté. Les trois (premiers) au classement général sont trop forts, tout simplement, et derrière on joue le Top 5. Pour l'instant, on est dans nos objectifs et on fait un très beau Tour de France."

Thibaut Pinot, lui, n'a en vérité été que d'une aide toute relative à son leader. "Je suis mauvais. Je suis tellement loin de mon niveau. Je sens que je n'apporte rien à l'équipe, donc pour moi c'est dur", a-t-il lâché, amer.