Guingamp : gros succès pour l'actionnariat des supporters

Les supporters de l'EAG ont déroulé un beau tifo contre Monaco. Ils peuvent désormais devenir actionnaire de leur club / © EAG
Les supporters de l'EAG ont déroulé un beau tifo contre Monaco. Ils peuvent désormais devenir actionnaire de leur club / © EAG

Plusieurs milliers de personnes ont souscrit dès les premières heures de l'opération lancée samedi et jusqu'au 29 avril par l'En-Avant Guingamp pour ouvrir son capital à ses supporters, une première en France.

Par AFP

Peu avant 17 h, heure locale, et le coup d'envoi du match de la 27e journée contre Monaco au Stade de Roudourou, le club a annoncé que la barre des 3.000 "kalons" (coeur en breton) avait été franchie. "J'avais annoncé que ce serait bien qu'on soit aux environs des 7.000 parce qu'il y a 7.000 habitants à Guingamp, mais je crois qu'on va devoir revoir nos objectifs à la hausse et c'est très émouvant", a déclaré à l'AFP le président du club Bertrand Desplat.


Concrètement, les supporters peuvent, via un site internet, ou sur des stands installés autour du stade, débourser 40 euros pour devenir membre à vie de l'association "Le Club des Kalons EAG". Ils recevront une plaque à leur nom et une autre sera apposée sur un "mur des Kalons" qui sera construit cet été tout près du stade. "On peut être à Moustéru, à Bourbriac, ou on peut être à New York et à Melbourne, et on adhère à l'association (qui) avec l'argent récolté, va acheter des actions de la société anonyme En-Avant de Guingamp qui gère le club", a détaillé M. Desplat.

"Cette association va devenir ni plus ni moins, selon nos projections, l'un des tous premiers, voire le premier, actionnaire du club à compter du 30 avril", a-t-il ajouté. Guingamp avait, en effet, déjà une structure particulière, proche de la coopération, où le capital était partagé entre 141 actionnaires, tous des entreprises régionales ou locales.

Un modèle de football "solidaire"

Par cette opération, le club veut montrer "qu'il peut exister un autre modèle de football, beaucoup plus participatif, beaucoup plus solidaire", a souligné son dirigeant. "Aujourd'hui on a tendance, peut-être trop à mon goût à opposer supporters et dirigeants, moi je crois qu'on veut simplement faire vivre la même passion, le même bien vivre ensemble et donc c'est important que demain ces supporters puissent donner leurs idées, leur avis sur les projets du club. On le décidait à 141 actionnaires avant, demain on le décidera avec un 142e actionnaire", a-t-il conclu. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus