• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Attentats de Strasbourg: le dessin du Rennais Erwan Le Gal créé l'émotion

Le dessin d'Erwan Le Gal au lendemain des attentats de Strasbourg / © Erwan le Gal
Le dessin d'Erwan Le Gal au lendemain des attentats de Strasbourg / © Erwan le Gal

Le dessin d'Erwan le Gal, s'est rapidement propagé sur Twitter, retwitté plus de 1400 fois à 12h ce mercredi, au lendemain de l'attentat ayant fait deux morts et 14 blessés au marché de Noël de Strasbourg. 

Par Stéphane Grammont

Une cigogne consolant sous ses ailes la République, avec en fond la cathédrale de Strasbourg ; ce dessin a visiblement ému sur Twitter, en milieu de matinée  ce 12 décembre. L'auteur, Erwan Le Gal, s'étonne même de sa viralité: "il a été vu près de 300 000 fois sur Facebook, et repris dans la presse numérique". Il se dit également "touché par les nombreux remerciements de nos amis alsaciens".
 

Le Rennais, créateur de films d'animation et enseignant dans une école d'audiovisuel, l'ESRA, a réalisé ce croquis dans la soirée, alors que les Strasbourgeois présents en centre-ville étaient confinés, l'auteur de la fusillade, un homme de 29 ans, était recherché par la police.

Posté sur Twitter, le dessin a en effet été retwitté plus de 1400 fois (à 12h ce mercredi), offrant autant de possibilités d'être vu. Cela n'a pas échappé au Figaro.fr ou à franceinfo.fr, qui le citent dans un article consacré aux dessins qui ont suivi le drame.

"Je fais cela de temps en temps, lorsque cela me touche beaucoup" raconte Erwan le Gal, "lorsqu'il y avait eu les attentats à Paris, j'avais déjà fait un dessin qui avait été repris".

D'autre fois, il dessine mais ne publie qu'en privé, car "faire le buzz cela ne m'intéresse pas, ce que je veux faire, c'est toucher les gens".


Un joli dessin ne peut que faire du bien à celui qui le reçoit


Pour Strasbourg, cela a été immédiat. D'abord parce qu'il y a été pour les rencontres du film d'animation de Wissembourg, mais aussi parce que cela lui a permit de rencontrer son "maître" en matière de dessin, Frédéric Back, qui lui même était inspiré par... Mathurin Méheut.

Ensemble, ils avaient envoyé, avec les écoles de Rennes, 2 000 dessins pour Sendaï après le tsunami en 2011, "car le dessin a des vertus humanistes" dit Erwan. "Un joli dessin, cela ne peut que faire du bien à celui qui le reçoit".


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Littoral, rencontre avec Elise, ornithologue et philosophe

Les + Lus