• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

A Rennes 2, la précarité menstruelle n'est plus un tabou

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

L’université bretonne est la deuxième en France après Lille à prendre cette initiative. Pour lutter contre la précarité menstruelle, des protections périodiques sont distribuées gratuitement jusqu'au 13 septembre sur les campus de Rennes 2. 

Par Gilles Le Morvan

Pour lutter contre la précarité menstruelle, des protections périodiques sont distribuées gratuitement cette semaine sur les campus de Rennes2.

L’objectif est de compenser le coût que représentent ces produits indispensables pour la santé, en moyenne 120 euros par an. Non négligeable pour le budget d’une étudiante. 

L’initiative avait été proposée par les étudiants, plébiscitée lors du vote du budget participatif, et portée par la liste Armée de Dumbledore lors des dernières élections à la Fac. 
 

"L'initiative répond à la fois à un souci sanitaire, économique, et écologique" souligne Fabien Caillé, vice-président étudiant de l'Université.   

Jusqu’à vendredi, un peu plus de 10 000 kits jetables ou réutilisables vont ainsi être proposés sur le campus. L'opération connaît déjà un franc succès. En quelques heures ce lundi, 60% d'entre eux avaient déjà été distribués
 
© Fabien Caillé
© Fabien Caillé

Pendant l’année, d'autres kits seront mis à disposition au point d’accueil étudiant, au service de santé, à l’épicerie gratuite, et 26 distributeurs vont être déployés dans les sanitaires.

Le coût de l’opération est estimé à 42 000 euros (4 000€ alloués dans le cadre du Budget participatif, 2 000€ du Fond de solidarité et de développement des initiatives étudiantes et 36 000€ de Contribution vie étudiante et de campus).
 

 

Sur le même sujet

Saint-Brieuc: au centre, la bataille des élections municipales est lancée

Les + Lus