• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

“Mon avenir et celui de mes enfants est en France ” : une famille arménienne menacée d'expulsion à Rennes

Un parrainage républicain solennel a eu lieu pour soutenir la famille de Taguhi, en présence d'élus de la ville de Rennes / © France 3 Bretagne - S. Soubane
Un parrainage républicain solennel a eu lieu pour soutenir la famille de Taguhi, en présence d'élus de la ville de Rennes / © France 3 Bretagne - S. Soubane

Une famille arménienne, une mère et ses deux enfants sont menacés d'expulsion. La mairie a organisé mercredi un parrainage républicain pour la soutenir. 

Par Emilie Colin


Taguhi et ses enfants sont arrivés en France en 2013. Après avoir obtenu plusieurs titres de séjour provisoires, elle se retrouve sans papiers depuis décembre 2018. Convoquée ce jeudi 25 avril au tribunal administratif pour une audience, l'avenir de la famille sera fixé d'ici à trois semaines.

Depuis l'annonce de cette obligation de quitter le territoire, mère et enfants vivent séparément car ils craignent d'être expulsés ensemble.


De nombreux soutiens 


Les enfants, Nina et Samvel sont scolarisés depuis six ans en France. Taguhi travaille au service d’accueil d’une résidence universitaire de l’université de Rennes. Elle possède une promesse d'embauche en CDI. Sa famille vit déjà en France, dont ses parents depuis 10 ans, ainsi que son frère et sa soeur. Elle n'a plus de proches en Arménie.

Les soutiens affluent autour de la famille. La Cimade apporte son aide, ainsi que les Restos du coeur où Taguhi a été bénévole pendant deux ans. L'école et les parents d’élèves du Moulin du Comte s'organisent et ont lancé une pétition en ligne à l'attention de la préfète. Un supporter du Stade rennais a également publié un message sur les réseaux sociaux.
 

Un message relayée par Clément Grenier joueur du Stade rennais qui écrit "de tout coeur avec Nina et sa famille."
 

Mercredi, la mairie a organisé un parrainage républicain, un acte qui se veut avant tout symbolique car cette démarche ne pèse pas légalement. 
 

 

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus