• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La SNCF dépose leur fille dans la mauvaise gare entre Rennes et Strasbourg, les parents portent plainte

Un train TGV sur la ligne à grande vitesse Est / © Maxppp - Photo PQR - L'Alsace - J.M. Loos
Un train TGV sur la ligne à grande vitesse Est / © Maxppp - Photo PQR - L'Alsace - J.M. Loos

Sandra Eggel et Pascal Eschmann se souviendront longtemps de la frayeur qu'ils ont vécu avec leur fille Tyline, âgée de 4 ans. Alors que la fillette avait été confiée par sa mère à Rennes à des animateurs SNCF pour un voyage jusqu'à Strasbourg, la petite fille n'est pas arrivée à destination.

Par Thierry Peigné


Aujourd'hui encore, Sandra Eggel ne comprend toujours pas comment la SNCF a pu laisser sa fille de 4 ans descendre d'un train.

Ce dimanche 7 avril, Sandra se rend avec sa fille depuis son domicile de Cherbourg jusqu'à la gare de Rennes. Vers 14h, elle confie Tyline à quatre animateurs du service d'accompagnement des enfants de la SNCF, Junior & Cie, Rennes étant l'une des quelques gares proposant ce service. Ces animateurs ont une vingtaine d'enfants sous leur surveillance pour un trajet qui doit les emmener jusqu'à Strasbourg. Pascal Eschmann, l'ex-compagnon de Sandra, doit y récupérer la fillette pour les vacances. C'est le premier voyage accompagné que réalise l'enfant.
 

"Désolé monsieur, on a perdu votre fille"


Près de cinq heures plus tard, à l'arrivée du train, alors que Pascal Eschmann attend sa fille, une animatrice se dirige vers lui avec une valise et lui dit "désolé monsieur, on a perdu votre fille, elle est descendu du train entre Paris et la Lorraine". Une annonce vécue comme un choc pour le père de famille, comme il le relate dans un post Facebook, "le monde s'écroule, tu n'entends plus rien, tu sors de ton corps et tu n'es plus rien, tu vois juste son visage devant toi, cela ne dure que quelques secondes..."

Le père prévient alors la mère de cet incident, très inquiète de la situation malgré les explications de l'agent SNCF qui lui promet que sa fille va être récupérée à la gare Lorraine TGV, près de Metz. Ce qui sera le cas, puisqu'un TGV Paris - Strasbourg y effectuera un arrêt exceptionnel pour récupérer la petite Tyline, qui retrouvera son papa trois quarts d'heure plus tard.
 

"Une situation inacceptable"

Contacté, le service presse de la SNCF tient à souligner qu'une enquête interne est menée pour savoir comment la petite fille a pu descendre du train. La SNCF reconnait que "la situation est inacceptable et que cela n'aurait jamais du avoir lieu".

La société de chemin de fer précise que dès que le train est reparti de la gare Lorraine TGV, des agents se sont tout de suite rendu compte que Tyline aurait du rester dans le train. "Ils ont aussitôt prévenu les autres animateurs du train pour qu'ils rassurent le père à l'arrivée". De même, ils auraient cherché à joindre par téléphone les parents, qui ne confirment pas avoir reçu de message vocal comme l'affirme la SNCF. Pour cette dernière, tout au long de cet incident, "la petite fille n'a jamais été perdue et toujours bien accompagnée".
 

Une plainte déposée

Pascal Eschmann a engagé des poursuite contre la SNCF, "une plainte déposée en gendarmerie pour que la SNCF réagisse afin que ça n’arrive plus à ma fille, ni à aucun autre enfant" précise-t-il. Sandra Eggel, la maman de Tyline, a essayé de déposer plainte ce mardi matin au commissariat de Cherbourg. La police n'a pu l'enregistrer "sous motif que ce n'est pas de leur ressort", engageant la mère à se tourner vers un conciliateur.
 

"Un voyage heureux, des parents rassurés"

La SNCF précise transporter chaque année plus de 260 000 enfants de 4 à 12 ans par an pour "un voyage heureux, des parents rassurés"comme le stipule en préambule le site Junior & Cie. Un incident de ce type n'aurait jamais eu lieu (dans les souvenirs du service de presse) jusqu'à présent.

De son côté, la mère de famille reconnaît que depuis trois ans elle utilise le service d'accompagnement pour ces deux autres filles afin de les acheminer jusqu'à Strasbourg. Même si elle n'a jamais eu de soucis jusque là, elle se demande bien si elle va faire appel au service pour le retour de sa fille dans deux semaines.

Sur le même sujet

Stéphanie, à propos du mouvement des Gilets jaunes

Les + Lus