PORTRAIT. “Mourir de honte c’est hyper long, je ne conseille pas”. Sarah-Anna, la révélation stand-up à l'humour trash

Avec son humour noir mordant, Sarah-Anna Lamandé balance son univers au visage d’un public qui en redemande. La vague stand-up déferle sur la Bretagne. Rencontre.

D’une phrase bien acide, Sarah-Anna Lamandé, de retour de Paris, résume sa courte virée dans le monde du stand-up à la sauce parisienne. “Il va falloir vous imaginer que je suis un homme habillé en vêtement de sport. Ici, on n'a pas les codes. On fait juste rire les gens.” Fou rire général. Le public rennais, chauvin, apprécie le tacle. La Bretonne "pire souche", comme elle se définit, irradie. 

Un seul en scène qui décoiffe

Avec son humour corrosif, cette jeune révélation du stand-up à Rennes est acclamée au moment de prendre la parole. Dans un bar plein comme un œuf, niché à l’entrée du centre-ville, elle est attendue. Après les concerts suaves, cette forme d'humour est la nouvelle tendance qui monte dans les rues de l’ancienne capitale du rock. 

Un micro, deux enceintes, le dispositif est simple pour un spectacle d’humour seul en scène. Le stand-up s’impose dans les soirées rennaises, comme les lacrymos au milieu des manifs. Et en tête de cortège, Sarah-Anna porte haut la banderole de la vague locale.

Corrosif

Après une attaque décoiffante, l’humoriste se marre. “Je vais revenir sur la persécution car je trouve ça trop rigolo” sourit la trentenaire.  

Une liberté de ton sans concession. La jeune humoriste défouraille derrière son micro. Le stand-up est sa fausse et meilleure vie. “Dans la vraie vie, je suis infirmière, et je dois vous transmettre ce que j’ai appris”.

S’il y a de la gêne, c’est que cela vient gratter un truc en eux.

Sarah-Anna Lamandé

La suite, d’un humour trash subtilement écrit, fait chavirer le public. Avec un rythme de mitraillette, Sarah-Anna revient sur le pire de son expérience de 7 ans au service cancérologie du CHU de Rennes. Du haut de son mètre 60 avec talon, ses yeux pétillent quand les horreurs distillées malicieusement choquent le public.

La salle rit, applaudit et redemande des anecdotes trop incroyables pour être inventées. “J’adore gêner les gens. S’il y a de la gêne, c’est que cela vient gratter un truc en eux.Quand les gens font 'ooooohh' à des trucs trash, tristes ou glauques, j’adore. Je ne fais pas que cela, mais je les embarque dans mon délire. Ils comprennent que c’est de l’humour” rigole Sarah-Anna.

1er prix du concours Jeunes Talents Rire & Vilaine 

“Elle a gagné le concours jeunes talents organisé par le festival d’humour Rire & Vilaine” confie l’artiste-producteur Thom Trondel. Avec quelques mois de scènes uniquement, elle impose son vécu, sa personnalité. Elle a tout pour se faire une belle place dans le monde de l’humour”. 

Et ce vécu n’a rien d’un conte de fées. Agression sexuelle au travail, dépression, épuisement professionnel, milieu peu fortuné… “Attendre 30 ans pour être épanouie, ça a été un peu long quand même” ironise celle qui aurait pu jouer 'Mercredi' dans la série Netflix tant l’humour noir est sa couleur.

L’envie de monter sur scène est venue en assistant à une soirée début 2022. “En sortant, je me suis dit : Allez je tente”. Quelques jours plus tard, elle participe à son premier open micro. 

 

L'humour comme remède à la dépression

“Cela a été une révélation. Les gens ont accroché et j’étais heureuse de faire rire”.  Dans un bar de Rennes, qui dispose d’une scène dans son sous-sol, Sarah-Anna Lamendé reprend goût à la vie. “Le service cancero en période Covid, c’était hardcore. J’avais vraiment des idées sombres.”  

Pour construire ses premières lignes de textes, la jeune femme puise dans le stock de petites phrases qu’elle a sous le coude. “Je m’amusais sur Instagram à poser comme une influenceuse mais je mettais des horreurs en légende dessous.”    

Sur scène, elle évoque la tentation du suicide, le consentement, le viol, le déclin de l'hôpital... Des thèmes d'aujourd'hui. “Mourir de honte c’est hyper long, je ne conseille pas” conclut la jeune révélation quand elle résume ses premiers pas sur scène. 

Si cela paraît déconctraté, son travail sur les textes est un job à temps plein. “J’ai pris un an de dispo de l’hôpital pour les bosser” confie celle qui enregistre chaque performance pour les améliorer.

Des cafés aux grandes scènes

Dans les cafés rennais, Sarah-Anna essaye des séquences de 7 à 10 minutes de son futur spectacle. Les soirées stand-up à Rennes sont sous la forme de sessions courtes. Plusieurs artistes en herbe viennent tester leurs blagues. Pour le public, c’est gratuit et cela évite de se lasser si l’un est plus faible qu’un autre. 

Pour Sarah-Anna, le stand up est une vraie reconversion professionnelle et Thom Trondel lui tend la main. L’expérimenté producteur lui a proposé un accompagnement de deux ans pour faire des vrais spectacles. “Faire rire 40 personnes dans un bar, c’est facile. En séduire 400 dans une salle, c’est autre chose”. L’ancienne infirmière n’a accepté la proposition qu’à la condition de garder “une totale liberté sur les textes”. 

Pour faire ses armes, la Rennaise multiplie les sessions dans les cafés de la ville et de la région. Avec un groupe de jeunes humoristes du cru, elle a monté un collectif qui enchaîne les soirées pour les Rennais aux envies de rigolade. Le but : essayer des nouvelles lignes et roder les blagues qui fonctionnent. "C'est du travail, mais c'est sérieux." 

Le 17 novembre 2023, Sarah-Anna sera seule sur scène durant 1h10 pour sa grande première. Le grand saut se déroulera à Bordeaux. “Pour l’instant, je n’ai que 40 minutes de mon futur spectacle” sourit-elle. Il s’appellera "Salé" et sera piquant, comme cette Bretonne pure beurre.

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité