Simone donne, un site rennais pour simplifier et centraliser les dons aux associations

Choisir facilement à quelle association donner, combien et quand arrêter pas toujours simple face à la multitude d'associations existantes. C'est la mission que s'est confié le site Simone Donne créé en 2020 par une jeune rennaise.

Qui ne s'est jamais fait arrêter dans la rue par un démarcheur de Médecins sans Frontières, Action contre la Faim ou Aides ? Les causes qui appellent à la solidarité sont nombreuses et les prétextes pour éviter de donner tout autant. C'est ce qu'a voulu changer Marie Emmanuelle Piquet, une jeune entrepreuneuse basée à Rennes, avec son site Simone Donne

"L'initiative du site est partie d'un sentiment personnel. Je savais que je pouvais être plus solidaire, mais rattrapée par le quotidien, je repoussais sans cesse mes dons" explique Marie Emmanuelle Piquet. "J'ai voulu simplifier la démarche du don" et ce autant pour les donateurs que pour les associations.

Une formule gagnant-gagnant

Les donateurs peuvent choisir parmi une quarantaine d'associations pré-sélectionnées par le site, ils choississent aussi le montant à donner et la durée du don. "Parfois les gens sont gênés de suspendre ou d'arrêter un don, c'est un frein à la démarche. Avec le site ils peuvent suspendre ou modifier les virements aisément et manière centralisée."

Au supermarché du don et de la bonne cause, les associations y trouveraient, elles, leur compte en gagnant de nouveaux donateurs. Notamment les 20-35 ans, un public jeune qui donne peu aujourd'hui et qui serait séduit par la facilité de la procédure. 

Les entreprises sont aussi généreuses

Aux suspicieux qui s'interrogent sur le modèle économique d'un intermédiaire dans une opération de charité, Marie Emmanuelle rassure : "Nous ne trouvons pas éthique de prendre une commission sur les dons. Les frais de fonctionnement et de communication des associations s'élèvent à 20% de leurs dépenses. Nous aurions pu demander la même chose, mais cela ne nous semblait pas juste"

Pour se rémunérer, Simone Donne a préféré se tourner vers la bonne conscience des entreprises encouragées par les nouvelles normes RSE (responsabilité sociale et environnementale des entreprises). Le site propose donc un service délivré aux entreprises afin de diversifier les causes auxquelles elles donnent déjà. "Par exemple, si une entreprise donne depuis des années aux Restos du coeur, Simone Donne leur propose de continuer à donner à cette association et, à côté, de constituer une cagnotte dont l'argent ira pour des associations que les employés auront choisies. 

Rajeunir le don

Les campagnes de financement participatif sur des projets spécifiques et ponctuels avaient déjà dépoussiéré le don. Le financement par la foule, "crowdfunding" était né avec des plateformes comme Ullule, Kisskiss Bankbank ou Kengo en Bretagne. Et pour rajeunir un peu plus la démarche de don Simone Donne propose des partenariats entre association et jeunes entreprises engagées. 

La marque de vêtements d'allaitement TajineBanane basée à Rennes aidée par Simone Donne, a mis des lots en jeu et a levé 30 000€ pour 3 associations en une semaine.

Lier bonne cause et business, une recette qui fonctionne de plus en plus.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie vie associative société