Thomas, greffé pulmonaire, met le cap sur sur le cercle polaire en moto : 10 000 kilomètres pour sensibiliser à la mucoviscidose.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Jauneau .

Objectif "Caponord ": c'est le nom du périple que s'apprête à réaliser le rennais Thomas Lebouvier, greffé pulmonaire atteint de mucoviscidose. L'objectif de l'aventure est promouvoir le don d'organes, d'aller à la rencontre des centres de transplantations pulmonaires et des patients mais aussi de collecter des dons.

Lundi 9 mai 2022, à Rennes, Thomas Lebouvier, passionné de voyages à moto, va prendre le guidon de sa Yamaha Super Ténéré 750 de 1990. Un vénérable engin que le pilote vient de restaurer durant 18 mois. Direction : le cap Nord à l'extrême Sud de la Norvège pour un voyage de 10 000 kms et environ 60 jours à travers la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne, le Danemark, la Suède, la Finlande et enfin le pôle Nord, en Norvège.

Cette aventure,Thomas, va la partager quotidiennement sur les réseaux sociaux sur son compte Instagram tomtomvoyage et sur facebook, afin de pouvoir collecter des fonds pour l'association Vaincre la Mucoviscidose et pour changer le regard sur les personnes atteintes de la maladie.

Pour ces 35 ans et alors qu'il a bénéficié d'une greffe pulmonaire il y a 15 ans, il va enfin réaliser son rêve. Tout a commencé durant le premier confinement. 

Durant le confinement, j'ai décidé de restaurer ma moto pour m'occuper. Je n'y connaissais pas grand chose en mécanique. Et j'ai commencé à penser à ce voyage. J'ai vu une photo du cap Nord sur internet . C'est comme ça que le projet et la destination se sont concrétisés.

Thomas Lebouvier

Repéré grâce aux photos qu'il poste sur les réseaux sociaux, il est contacté par Eric De Seines, le patron de Yamaha Europe. Celui-ci va lui fournir des pièces pour refaire à neuf le moteur de sa vieille Ténéré, touché par l'envie de dépassement de soi du motard malgré la maladie .

Seul et sans assistance

S'il a déjà fait des voyages à moto en Europe, là c'est autre chose. Thomas va partir seul, sans assistance . Il va devoir gérer son effort et la fatigue pour aller jusqu'au bout de son défi.

J'ai envoyé 4 colis de médicaments en Europe sur mon itinéraire pour avoir mes soins avec moi. Je veux prouver que malgré mon handicap et des traitements lourds, on peut voyager. A cause de ma maladie, je fais régulièrement des occlusions intestinales, j'ai déjà été opéré pour cela. Je vais faire attention, emporter laxatifs et ceintures chauffantes pour détendre ma ceinture abdominale.

Thomas Lebouvier

Déterminé, avec son road book, il entend suivre son chemin qui le mènera le 11 mai à Paris au siège de l'association de lutte contre la mucoviscidose pour une cérémonie de remise d'un drapeau et du logo de la structure qu'il emmènera ensuite jusqu'au service de transplantation pulmonaire de l'hôpital d'Oslo : tout un symbole, avant de terminer à l'extrême pointe Nord de la Norvège. Puis même chemin pour le retour.

Pour Thomas, une manière de faire parler de la mucoviscidose, la plus fréquente des maladie génétique héréditaires en France et pour rappeler que faute de traitement curatif, le seul moyen d'y survivre est le don d'organes par transplantation pulmonaire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité