Vols à la "voiture bélier" : 4 interpellations à Rennes et alentours

Des vêtements, de l’outillage, de l’électro-ménager mais aussi de l’argent liquide et des armes à feu… Police et gendarmerie ont saisi un butin et interpellé quatre personnes, soupçonnées de vols à la "voiture bélier" dans des entreprises et des commerces.

© L. Vadam / Maxppp

Lundi, la police et la gendarmerie d’Ille-et-Vilaine ont interpellé 4 personnes dans le cadre d’une enquête sur des vols à la "voiture bélier", perpétrés contre des entreprises et des commerces.

60 personnels de police, dont le RAID et une équipe cynophile, et 88 personnels de gendarmerie, dont l'antenne du GIGN de Nantes et un hélicoptère, ont été mobilisés pour cette opération.

Elle s’est déroulée dans cinq lieux différents – dont deux camps de gens du voyage - à Rennes et dans des communes alentours : Saint-Jacques de la Lande, Bruz, Montgermont et Cesson Sévigné.

Un préjudice estimé à 683 000 euros

Les quatre personnes interpellées sont « soupçonnées d’appartenir à une organisation spécialisée dans les vol par effraction dans des commerces ainsi que 2 receleurs. Il a, en outre, été procédé à des saisies de numéraire (1080€), de 14 armes à feu, des munitions et plus de 150 scellés constitués de vêtements, outillage, électro-ménagers... », précise un communiqué  du parquet de Rennes.

Les 19 vols qui leur sont reprochés ont été commis entre fin juillet 2020 et le 9 janvier 2021. Le préjudice total est estimé à 683 000 euros environ.

« Les butins principaux des vols étaient constitués de matériel d'outillage électroportatif, de matériel de jardin, matériel d'électroménager et de 12 véhicules qui faisaient office de “voiture bélier” et de véhicule de transport de marchandises volées », écrit Philippe Astruc, le procureur de la République.

A l’issue de leur garde à vue, les quatre personnes interpellées ont été placées en détention provisoire. Ces quatre hommes seront jugés le 17 février 2021.

Un cinquième homme participant à cette filière est poursuivi pour recel. Il sera jugé ultérieurement par le tribunal correctionnel.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers