1 200 personnes réunies à Saint-Malo pour un congrès sur l'hypnose et la douleur

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

"De la douleur à la douceur": 1 200 professionnels de la santé venus de toute la France et de pays européens sont à Saint-Malo, à partir de ce jeudi et jusqu'à samedi pour un congrès sur l'hypnose et la douleur.

Quelque 120 experts vont effectuer des interventions lors de ce rendez-vous qui attire des anesthésistes, des généralistes, des urgentistes, des chirurgiens-dentistes,

des sages femmes et des infirmiers
confrontés à la douleur de patients en demande de soulagement, selon Claude Virot, médecin psychiatre et directeur de l'institut Émergences à Rennes qui a formé environ 5 000 professionnels depuis 2001.



Utilisée pour la dépression, les troubles du sommeil mais aussi l'anesthésie

L'hypnose, objet d'une "demande de plus en plus importante", observe le Dr Virot, permet d'"augmenter le potentiel thérapeutique" des professionnels. Cette discipline, de plus en plus courante dans le traitement de la dépression, de troubles du sommeil, mais aussi en anesthésie dans les blocs opératoires, est aussi utilisée dans les interventions d'urgence.

Elle permet par des exercices divers de mettre le patient "dans un état de conscience différent" de l'état normal et qui va le conduire à "récupérer des compétences

qu'il a en lui-même
". "Dans cet état, on va pouvoir être en relation avec notre potentiel, nos ressources", explique Bruno Dubois, psychiatre et enseignant à Emergences.



Beaucoup de charlatans dans cette discipline, non réglementée



La France compte entre 12 000 à 15 000 professionnels formés à cette discipline dans des instituts dédiés. Il y en a autant qui sont sommairement formés dans des centres dits de "développement personnel". Faute de réglementation, "n'importe qui peut accrocher une plaque et exercer. Il y a plein de charlatans" en hypnose, déplore le docteur Virot. Lors de ce congrès, une séance a d'ailleurs pour thème "l'hypnose et la loi" dans ce contexte de "multiplication de l'offre par des professionnels de santé et des non-profesionnels". Le congrès a prévu d'aborder la question du "burn-out" chez les professionnels de la santé.



 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité