Billiers (56) : rassemblement contre la xénophobie

Publié le Mis à jour le
Écrit par Krystel Veillard .

400 personnes se sont rassemblées ce matin devant le centre de vacances de Billiers, dans le Morbihan, qui avait été pressenti pour accueillir des migrants et avait été incendié en octobre dernier. Le collectif souhaite lutter contre l'intolérance et la xénophobie. 

Le 21 octobre dernier un incendie s'était déclaré au centre de vacances de Billiers, situé à la pointe de Pen Lan dans le Morbihan. Les deux tiers des bâtiments avaient été détruits par le feu. Ce centre avait un temps été pressenti pour accueillir des migrants. 



400 personnes rassemblées



Ce dimanche, à l'appel du collectif "J'ai mal à mon village", près de 400 personnes se sont rassemblées devant ce centre, pour dire non à la xénophobie et à l'intolérance. "Il ne faut pas s'habituer au discours de haine. Il faut réagir à chaque fois et ne rien laisser passer"  rappelle ainsi Didier Stenfort, président de la Ligue des droits de l'homme du Pays de Vannes.



Un rassemblement pacifiste et citoyen



De nombreuses associations étaient également présentes, sous la surveillance discrète des forces de gendarmerie. Le souhait des organisateurs était de faire de ce rassemblement une action citoyenne sans aucune récupération. Cette manifestation pacifique s'est dispersée dans le calme vers 13h, et comme souvent en Bretagne elle s'est terminée en chansons…



Le reportage à Billiers (56) de Stéphane Izad et Yannick Charles

durée de la vidéo: 01 min 55
Le reportage à Billiers (56) de Stéphane Izad et Yannick Charles - Interviews : Anita Kervadec, RESF 56 - Dominique - Didier Stenfort, président de la Ligue des Droits de l'Homme de Vannes - Jean-Marc Loiseau, collectif " J'ai Mal à Mon Village "

Interviews :

- Anita Kervadec, RESF 56

- Dominique

- Didier Stenfort, président de la Ligue des Droits de l'Homme -  Vannes

- Jean-Marc Loiseau, collectif " J'ai Mal à Mon Village "

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité