• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pontivy : un homme décède de plusieurs coups de couteau en plein centre-ville

© AFP
© AFP

Ce lundi 14 août peu avant 21h, un homme de 46 ans est mort de plusieurs coups de couteau dans un appartement du centre-ville de Pontivy (Morbihan). L'auteur présumé des faits s'est rendu aux gendarmes juste après son acte.

Par Thierry Peigné

Il est 20h45 ce lundi soir, lorsqu'un homme de 46 ans se présente au domicile du meurtrier présumé, un appartement situé au 5, rue du Docteur Ange Guepin, tout proche de la place du Martray, à Pontivy. Les deux hommes se connaissent depuis des années mais depuis quelques jours, un contentieux "d'origine anodine" les oppose fortement selon le capitaine Lenouvel, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Pontivy.

La rixe tourne au drame

Très vite, la rencontre tourne à la rixe et les deux hommes en viennent aux mains. La bagarre monte en intensité jusqu'à ce que le meurtrier présumé assène plusieurs coups de couteau à son visiteur. La victime décède dans les minutes qui suivent. Même si une autopsie n'a pas encore été réalisée (elle le sera ce mercredi), "tout laisse présumer que les coups de couteau sont à l'origine du décès" précise le capitaine Lenouvel.

L'homme se rend aux gendarmes

Suite à son acte, l'auteur des coups descend place du Martray pour se dénoncer auprès de passants. Les secours sont aussitôt prévenus. A leur arrivée, la victime est déjà décédée. Le meurtrier présumé attendra l'arrivée des gendarmes pour être interpellé. Depuis, cet homme de 39 ans est en garde à vue à la gendarmerie de Pontivy où il a été auditionné.

La victime habitait elle aussi à Pontivy. Les deux hommes n'étaient connus des services de gendarmerie que pour des faits mineurs. Selon le capitaine Lenouvel, l'objet de leur querelle n'est pas une affaire d'argent, de drogue ou de rivalité amoureuse. 

Lundi soir, les investigations des enquêteurs ont duré jusqu'à 3h30 dans ce quartier central de la ville. Sur place se trouvaient des effectifs de la brigade de gendarmerie de Pontivy, du PSIG, de la cellule d'investigation de Vannes ainsi que de la brigade de recherches de Pontivy en charge de l'enquête.

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus