Pourquoi Jean Castex ne devrait pas annoncer l'extension du couvre-feu à la Bretagne

Ce jeudi à 17h, le Premier ministre Jean Castex annoncera l'extension du couvre-feu sur plusieurs départements et métropoles. Ces mesures restrictives rentrent dans un schéma dit de "zone d'alerte maximale". Les indicateurs en Bretagne sont encore en dessous de ce seuil d'alerte. Nos explications.

Le couvre-feu impose les bars et restaurants à fermer pour 21h.
Le couvre-feu impose les bars et restaurants à fermer pour 21h. © Thierry Lindauer - MaxPPP
Le Premier ministre Jean Castex prend la parole ce jeudi à 17 heures, afin d'officialiser le passage en alerte maximale d'un « certain nombre de départements » selon les mots, ce mercredi, du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Lors de la mise en place du premier couvre-feu qui concernait l'Ile-de-France et 8 métropoles, le stade "zone d'alerte maximale et couvre-feu" répondait au dépassement de certains seuils permettant de surveiller l'évolution de la sitation sanitaire.

Aujourd'hui, rien ne prouve que les seuils d'alerte retenus par le gouvernement la semaine dernière n'aient pas changé depuis.

L'analyse ci-dessous se base sur les niveaux d'alerte de la semaine dernière.
 

Le passage en zone d'alerte maximale


Pour passer en catégorie "zone d'alerte maximale", voici le niveau que devaient atteindre trois indicateurs  :
  1. Taux d'incidence : +250 cas pour 100 000 habitants
  2. Taux d'occupation des lits en réanimation : + 30 % 
  3. Taux d'incidence pour les personnes âgées : +100
 

En Bretagne, la situation sanitaire ne voit pas ses indicateurs attendre ces niveaux
 

 

Le taux d'occupation des lits en réanimation est de 19,1 % au niveau régional, au 22 octobre 2020, soit inférieur aux 30 % pour passer en zone d'alerte maximale.

 

Rennes Métropole et Brest sont les deux villes ayant le taux d'incidence le plus important en Bretagne. Les chiffres reste en dessous du seuil d'alerte maximal. 

 


Même si les taux indiquent que la Bretagne ne sera pas concernée par des mesures de couvre-feu, l'aggravation de la situation sanitaire au niveau national peut cependant pousser le gouvernement à prendre des mesures au plan national, qui naturellement s'appliqueraient en Bretagne.

 



Voici les trois grandes mesures déjà en vigueur partout sur le territoire, en plus des gestes barrières.



Des nouvelles mesures en Ille-et-Vilaine à partir du 21 octobre

 

Pour lutter contre l’accélération de la propagation du virus, la Préfecture d’Ille-et-Vilaine étend à de nouvelles communes le port du masque obligatoire et une fermeture anticipée des bars. Ces restrictions valent pour la période des vacances de Toussaint, jusqu'au 2 novembre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société