• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

“Sexclus”. Oui, Papy et Mamie s’envoient en l’air !

© Philippine Boutin (LISAA Rennes)
© Philippine Boutin (LISAA Rennes)

"Ces choses-là ne sont plus de leur âge !" Imaginer la vie sexuelle de ses parents et, plus encore, celle de ses grands-parents, dérange, embarrasse. Pourtant, c’est une réalité. Selon l’Insee, 39% des 75-85 ans sont encore actifs sexuellement. Enquête dans les maisons de retraite.

Par Master journalisme Sciences-Po Rennes (avec T.P.)

Infantiliser Papy et Mamie en leur attribuant un amour dénué de tout aspect charnel permet de dissiper la gêne. À l’opposé de cette représentation asexuée, on en trouve une autre, tout aussi faussée : la figure du pépé un peu pervers. Le vieux bonhomme au sourire vicieux, qui tripote sans cesse les aides-soignantes.

Ces deux idées de la vieillesse sont loin d’être anodines : elles sont même sources de jugement. Le regard de l’autre se fait plus pesant encore à l’entrée en maison de retraite, car à celui de la famille s’ajoute celui du personnel et des autres résidents.

Dans la cantine de l'Ehpad Gaëtan-Hervé à Rennes, deux personnes âgées se rapprochent. Régulièrement, l'une s'assied sur les genoux de l'autre. Ce geste intime est jugé déplacé. Comme les autres résidents toujours actifs sexuellement, ce couple essuie les regards et commentaires acerbes de ceux dont le veuvage ou les années ont estompé les envies.

Webdocumentaire SEXCLUS


Une distinction s'opère entre les "résidents nés après 1950, et les plus âgés", observe Fabien, aide-soignant dans différents Ehpad de la région rennaise. Il y a la génération silencieuse, celle pour laquelle la sexualité était intimement liée à la procréation. Et puis l’autre, bien plus libérée. '"Ils n'ont pas eu la même jeunesse, ils n'ont pas les mêmes repères sur les questions sexuelles", remarque-t-il.

L'équipe soignante s'octroie elle aussi un droit de regard sur les comportements sexuels. Ces sujets sont abordés lors des réunions de transmission entre les personnels de jour et de nuit. Mais où se situe la frontière de l'intrusion dans la vie de couple ?

Lisez la suite de notre enquête sur sexclus.fr, le weddocumentaire des étudiants du Master journalisme de Sciences Po Rennes. Trois mois d'enquête auprès des résidents d'Ehpad, de prisonniers, de personnes handicapées, de sans-abri et de patients d'hôpital psychiatrique, pour lesquels la sexualité est empêchée.

Rentrez dans le quotidien des exclus du sexe. Cliquez sur la photo ci-dessus. (Navigation optimale sous Google chrome).

Sur le même sujet

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes

Les + Lus