• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Affaire Fournier : de 15 à 30 ans de réclusion criminelle requis

© Franck Lemort
© Franck Lemort

L'Avocate générale requiert 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Louis, le père; 25 ans à l'encontre de Jerry et Jessy et 15 ans pour leur cousin Michel. Les quatre hommes sont accusé de vol aggravé ayant entraîné la mort de Maurice Fournier en 2009.

Par D.Cros

En ce sixième jour d'audience d'Assises de Châteauroux, chaque clan campe sur ses positions. Louis et ses fils continuent de nier. Michel, lui, a donné sa version des faits. Il déclare avoir indiqué le domicile au trio. Ces derniers cherchaient une maison à cambrioler.
Pourquoi les avoir conduits ?  "J'avais peur d'eux. Ils ont menacé ma famille" explique-t-il. Une fois à l'intérieur de la maison, il aurait tenté de les arrêter lorsque le trio s'en prenait au couple d'octogénaires. Il dit "Je veux être jugé pour ce que j'ai fait. On ne peut pas vivre avec cela sur le coeur". Rappelons que Maurice Fournier a trouvé la mort cette nuit-là.

Les déclarations des accusés créent la confusion

Dans cette affaire, les quatre accusés enchaînent les déclarations confuses. Versions et sous-versions se multiplient. Le Président du tribunal l'a rappelé, ce matin, "chacun aura à se faire son intime conviction". De nombreuses histoires sans intérêt se greffent à cette affaire alors le Président ajoute "ce qui va être dur, c'est de relier et comprendre tout cela".

Avant la plaidoirie de l'avocat des parties civiles. Chaque accusé a pu prendre à nouveau la parole
  • Louis: «C'est pas moi qui est fait ca»
  • Jessie «Je suis innocent»
  • Jerry: «Moi aussi je suis innocent»
  • Michel: «Je demande pardon aux parents de la victime»

Plaidoirie de l'avocat des parties civiles Me Couderc Bertrand

"Mon intime conviction est dejà faite depuis longtemps". Me Couderc Bertrand précise que : "les victimes ne sont pas là pour demander vengeance mais pour demander réparation». Il évoque à nouveau ce couple, cette famille avec "une vie bien remplie". Maurice devait fêter ses 81 ans quelques jours plus tard. L'avocat compare la nuit du 18 au 19 juillet à « ces jours d'orage où la furie se déclenche »
"Le 18 au soir, Paulette se trouve dans la cuisine au moment où ses agresseurs rentrent chez elle. Certains lui donnent des coups et c’est le plus jeune, Mickael 15 ans qui commence (le jeune mineur a été condamné à 8 ans d’emprisonnement au cours d'un procès séparé). D’autres, fouillent les lieux et mettent tla maison sans dessus-dessous. Maurice est dans la chambre, il dort. Ce sont les coups qui le réveillent". " Ils l’ont réveillé pour ca. Quelle utilité ???» s’insurge l'avocat. Ce calvaire va durer de nombreuses heures. Paulette dit d’ailleurs "ils m’ont tapé longtemps ". Elle parle également "d’hommes sales, méchants, qui sentent l’alcool et frappent sans s’arrêter ». Pour les décrire l’avocat parle de gens « menteurs, voleurs et tueurs".
Pour Michel, dit-il, "son cas est plus compliqué". Il est gênant pour les autres. Il faut le discréditer. L’avocat des parties civiles dit vouloir être juste avec lui. Le point positif : il n’a pas de casier contrairement aux trois autres. Les points négatifs : il a une soumission coupable et il n’a pas prévenu les secours ou la police, même de façon anonyme.
L'avocat se tourne alors vers Louis et ses deux fils et leur dit " vous jouez la carte du pas vu-pas pris mais vous êtes pris et vous serez punis ».
Il conclut en demandant une sanction à la hauteur du malheur provoqué : un mort, une veuve, un fils sans père et des petits enfants malheureux. Il demande également 155 euros, cette "somme symbolique" correspond au montant dérobé aux Fournier cette nuit là. "Cette somme c’était le mobile du crime, enfin si l’on peut parler de mobile, 155 euros, ça ne sert à rien. Leur geste est incompréhensible et n’avait aucune raison d’être".

Réquisitoire de l'avocate générale Alice Leclerc

Il s'agit de crime : un vol suivi de violences ayant entraîné la mort pour Maurice.
Il s'agit aussi de délit : un vol suivi de violences ayant entraîné une incapacité totale de travail de 21 jours pour Paulette
Pour le crime les accusés risquent la réclusion criminelle à perpétuité et pour le délit la peine maximale est de 10 ans d'emprisonnement. 
L'avocate générale rappelle la "violence gratuite", "un acte d'une grande lâcheté", de ceux qui "voulaient se faire un vieux". Elle parle de "zones d'ombre", si Michel a avoué, les autres (le trio) nient toujours.

Les réquisitions

La magistrate requiert 30 ans de réclusion criminelle pour Louis, le père qui a entraîné ses fils. 25 ans pour ses deux fils : Jessie qui mène la barque et Jerry qui a déjà été condamné à 18 ans pour un meurtre au mode opératoire similaire. Et enfin 15 ans pour Michel, leur cousin qui, selon elle, a un profil différent et n'a pas de sang sur les mains.
Plaidoirie de l’avocat des parties civiles Me Bertrand Couderc





DMCloud:56749
Procès Fournier, jour 6

 

A lire aussi

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus