Cet article date de plus de 6 ans

Affaire Bygmalion : Philippe Briand présenté à un juge d'instruction

Après 48h de garde à vue, le député-maire UMP de Saint Cyr-sur-Loire, Philippe Briand, a été déféré vendredi au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris où il sera présenté à un juge d'instruction en vue d'éventuelles mises en examen dans l'affaire Bygmalion. 
C'est en tant qu'ex-trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 que Philippe Briand a été déféré vendredi au TGI de Paris. En même temps que Guillaume Lambert, directeur de la campagne et aujourd'hui préfet de Lozère et et Philippe Blanchetier, avocat de l'UMP. Tous les trois avaient été placés en garde à vue le 1er avril dans les locaux de l'Office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF) de Nanterre. 

L'affaire Bygmalion

Les enquêteurs ont la conviction qu'un système de fausses factures a été mis en place pour que l'UMP prenne en charge environ 18,5 millions d'euros de dépenses de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Le but de la fraude était d'empêcher que ces dépenses soient inscrites au budget de campagne et n'explosent le plafond autorisé de 22,5 millions d'euros, qui a finalement quand même été dépassé. Dans ce but, la filiale de Bygmalion, Event and Cie, a émis des fausses factures à l'UMP pour des événements dont certains n'ont pas été organisés.

Qui était au courant, qui a donné l'ordre et à quel moment de la campagne ?

Guillaume Lambert, Philippe Briand et Philippe Blanchetier participaient notamment aux réunions de "suivi financier" de la campagne, selon le témoignage d'une ancienne cadre de l'UMP mise en examen, Fabienne Liadzé. 

Signataire du compte de campagne, le maire de Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire) Philippe Briand a toujours assuré n'avoir fait "que du propre" . De son côté, Guillaume Lambert a déjà affirmé qu'il n'avait jamais été question pour lui de fausses factures ni d'un maquillage des comptes. 

L'instruction est ouverte pour faux, abus de confiance et tentative d'escroquerie. Elle a été étendue au délit de financement illégal de campagne électorale.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice politique