Alerte aux pollens de bouleau en Centre-Val de Loire, malgré un confinement bénéfique pour les personnes allergiques

Alors que le risque d'allergies aux pollens de bouleau sera élevé ces prochains jours en région Centre-Val de Loire, les personnes qui souffrent du fameux "rhume des foins" pourraient mieux supporter la période printanière que les années précédentes, à condition de toujours suivre leur traitement.

Les pollens de bouleau gênent fortement les allergiques.
Les pollens de bouleau gênent fortement les allergiques. © Innviertlerin / Pixabay
Sur la carte de vigilance du réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), pas un carré de vert et pour cause : tout le pays est concerné par le risque d'allergie au pollen de bouleau en ce weekend de Pâques.

La région Centre-Val de Loire est essentiellement orange, signifiant un risque élevé, et seul l'Eure-et-Loir est en rouge, c'est-à-dire que le risque de propagation du pollen de bouleau - et donc d'allergie - est plus important dans ce département que dans les autres. Dans son bulletin de vigilance, le RNSA souligne d'ailleurs que le risque d’allergie "sera même très élevé ces prochains jours dans le nord, le centre et l’est du pays", avec les beaux jours qui perdurent et le fait que le pollen de bouleau soit aussi l'un des plus allergisants.

Le site Lig'Air donne plus de détails concernant les villes d'Orléans, de Bourges et de Tours.

Les allergiques plus sensibles au Covid-19 ?

En pleine période de pandémie de coronavirus, les allergiques sont-ils considérés comme plus à risque ? Non, d'après Edouard Seve, vice-président du syndicat des allergologues. 

La majorité des gens allergiques ne sont pas forcément plus à risque.

Dans une interview publiée sur francetvinfo, il explique que ce sont surtout pour les allergies sévères qu'il y a une "insuffisance respiratoire. Donc on est un peu plus à risque, on est plus fragile." Il incite donc forcement les personnes touchées par le rhume des foins à prendre leur traitement.

Le confinement, l'allié des allergiques

En temps normal, il est plutôt conseillé aux personnes souffrant du rhume des foins de moins sortir pour être moins exposées au pollen, surtout si elles ne prennent pas de traitement.

Le confinement actuel est donc considéré comme bénéfique vu qu'elles sont obligées de fait de rester enfermées chez elles.

Si certains se sont retrouvés malgré tout avec les yeux qui piquaient et le nez qui coulait, c'est peut-être parce que beaucoup de gens qui "se sont retrouvés sans grand chose à faire le weekend, ont tous passé la tondeuse. Du coup, il y a eu plein de problèmes dans l'air à cause de cette tonte", avance Edouard Seve. 

La pollution en baisse mais toujours présente 

L'autre "vertu" du confinement concerne la pollution. De façon générale, d'après l'allergologue Madeleine Epstein, la pollution potentialise les allergies de printemps, dans le sens où elle irrite les muqueuses et les rend donc plus perméables aux pollens. Par ailleurs, la pollution abîme la structure des pollens et les démultiplie : "elle multiplie par 10 l’action d’un grain de pollen".

Or le confinement "a diminué la circulation automobile de 90%, et la pollution liée à la circulation - le dioxyde d'azote essentiellement - a diminué de 60% facilement", souligne Olivier Blond, président de l'association nationale Respire pour la prévention et l'amélioration de la qualité de l'air

Les allergies au pollen sont donc beaucoup moins exacerbées du fait de l'amélioration de la qualité de l'air.

Mais la pollution atmosphérique "est aussi d'origine agricole, industrielle, liée au chauffage, énumère Olivier Blond. Les autres particules fines ont donc un peu baissé mais pas énormément, il y a même eu des pics la semaine dernière."

Quelques conseils à suivre

Même si vous restez confiné chez vous et si la pollution a diminué, il est donc recommandé de continuer à adopter quelques gestes comme :Les allergologues préconisent surtout aux personnes allergiques de suivre leur traitement et de consulter leur médecin en cas de symptômes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société coronavirus : conseils pratiques météo pollution environnement region centre-val de loire