• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Témoignage : Vincent se réjouit de l'allongement du congé paternité

Un père de bébé prématuré pourra bénéficier de 30 jours de congés supplémentaires. / © Jay Directo / AFP
Un père de bébé prématuré pourra bénéficier de 30 jours de congés supplémentaires. / © Jay Directo / AFP

L'association SOS Préma, qui a des antennes à Chartres et à Tours, s'est réjoui du décret du 1er juillet qui permet aux pères d'enfants prématurés d'avoir jusqu'à trente jours de congés supplémentaires en cas d'hospitalisation de l'enfant à la naissance. Parmi ces pères, Vincent.

Par Victor Lengronne

"La science nous a bien aidés." Vincent Desdoit s'est réjoui, comme bon nombre de pères d’enfants prématurés, de l'allongement du congé paternité de 30 jours en cas d’hospitalisation d'un nouveau-né prématuré, qui s'ajoutent aux 11 et 3 jours déjà prévus.

Il a la double casquette : père d'un enfant né prématuré, aujourd'hui âgé de 10 ans, et membre actif de SOS Préma, qui a pour objectif de donner aux enfants de ce type les meilleures chances de grandir. Il s'occupe de la formation des soignants et fait partie du siège de l'association.

"Le ministère de la Santé, une oreille attentive"


"C'est un travail qu'on mène depuis longtemps. On a trouvé une oreille attentive avec le ministère de la Santé", commente t-il, bien conscient que les scientifiques ont sans doute fait pencher la décision en leur faveur : "Ce n'est pas un congé de confort. La science a montré que plus les parents étaient présents, mieux l'enfant irait. Ca ne se discute pas.”

Il aurait aimé bénéficier de ce coup de pouce lorsque la mère de son fils a accouché au terme de 32 semaines de grossesse. Mais il possède un retard de croissance tel un enfant né au bout de 28. 

Un enfant sur dix naît prématurément

En réanimation, le bébé n’a pu bénéficier à temps plein que de sa mère, son père était contraint de reprendre son travail de commercial : “Je pouvais parcourir parfois 150 à 200 kilomètres par jour, en pensant chaque instant à mon fils et sans savoir si j’allais le retrouver vivant le soir.” Il pense plus à lui qu’à son travail. Et perd son emploi. “Mon chef n’en avait rien à secouer de l’état de mon fils.”

Puis il divorce et tombe en dépression, au point de consulter un spécialiste et d’entamer une thérapie. Dix ans plus tard, il a retrouvé un emploi, au sein de l’association SOS Préma, où il est bénévole depuis neuf ans. Et si son fils a des séquelles, comme l’hypersensibilité, il se porte bien. 

Mais avec du recul, Vincent garde des regrets. “Si j’avais eu le temps d’être là pour en gommer encore d’autres… Dès qu’il a des difficultés, je ramène ça à mon absence… Je n’ai pas fait tout ce que j’avais à faire. Cette culpabilité va rester.”

On ne veut pas se faire oublier par les pouvoirs publics


Ce décret a mis du temps à se concrétiser.  Il y a trois ans, un groupe d’études, consacré à la prématurité et composé de 52 députés, se crée, “grâce à notre réseau de bénévoles mobilisé sur le terrain”. Mis de côté après les élections législatives et le renouvellement important d’élus, le projet est remis sur la table cette année, dans celui sur la loi de financement de la Sécurité sociale. Avec le résultat qu’on connaît. 

Mais Vincent et SOS Préma ne comptent pas s’arrêter là. “Pour nous, c’est du moyen terme, pour le gouvernement, sans doute du long terme. On veut tendre sur ce qu’ont les mamans (en plus des six semaines de congé prénatal et des dix semaines de congé postnatal, le congé maternité est prolongé pour que la mère participe aux soins dispensés à l’enfant, NDLR). On ne veut pas se faire oublier par les pouvoirs publics.”
 

A lire aussi

La filière du cornichon français lancée dans le Loir-et-Cher progresse bien

Les + Lus