Inondation 2016 : 568 communes sinistrées en région Centre-Val de Loire

© F3
© F3

Le 7 juin, 568 communes s'étaient déclarées sinistrées en région Centre-Val de Loire soit plus de 30% du territoire. Des communes qui vont demander leur reconnaissance en état de catastrophe naturelle. La décision est prise ce mercredi en conseil des Ministres. 

Par Ch.L

  • Dans le Loiret, le département le plus touché par les inondations, on compte 244 communes sinistrées sur 334 . Parmi les villes les plus inondées, il y a Montargis, Chécy ou Gidy...  
     
  • Dans le Loir-et-Cher, 153 communes sont concernées dont Romorantin, Salbris et Neung-sur-Beuvron. 
     
  • En Indre-et-Loire, 156 communes se sont manifestées comme Amboise, Azay-le-Rideau ou Savonnières... 
     
  • Dans l'Indre, 44 demandes ont été faites dont la ville d'Issoudun
     
  • Dans le Cher,  42 dossiers ont été déposés. 
     
  • Enfin l'Eure-et-Loir est le département le moins touché avec 29 communes concernées. 
     
L'état de catastrophe naturelle devrait être reconnu ce mercredi en fin de matinée en conseil des ministres pour une première liste de départements et communes sinistrés.
plus d'infos dans le JT de 12h
 
  • Alors que le retour à la normale s'annonce lent et difficile, le gouvernement a déjà annoncé plusieurs gestes de soutien. Un fonds d'Etat pour les sinistrés, pour lequel 30 millions d'euros ont été débloqués, devrait ainsi verser une aide d'urgence d'environ "500 euros en moyenne" par foyer.  
     
  • Les commerçants et artisans touchés bénéficieront aussi d'une "aide exceptionnelle" . Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a précisé qu'un "mécanisme d'aide forfaitaire au redémarrage" sera mis en place "d'ici ce week-end". 
     
  • Pour les agriculteurs, le ministre Stéphane Le Foll a d'ores et déjà autorisé les chefs d'exploitation, notamment les maraîchers, à placer leurs salariés en chômage partiel, et a retardé le versement de leurs cotisations à la MSA (Mutualité sociale agricole) en attendant des évaluations plus précises. Ces dernières permettront d'activer le fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA). 
     

A lire aussi

Sur le même sujet

Conférence de presse Jacques Blaquart

Les + Lus