• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Chartres : Dieudonné condamné à huit mois de prison avec sursis pour violences contre un huissier

Dieudonné, lors d'une autre affaire, un procès en appel au Tribunal de Grande instance de Paris, pour apologie du terrorisme, le 17 mai 2016. / © MaxPPP
Dieudonné, lors d'une autre affaire, un procès en appel au Tribunal de Grande instance de Paris, pour apologie du terrorisme, le 17 mai 2016. / © MaxPPP

Dieudonné M'bala M'bala était accusé d'avoir tiré un coup de gomme-cogne (Flashball) en direction d'un huissier qui s'était présenté à son domicile près de Dreux. Il était mandaté pour délivrer plusieurs commandements de payer.

Par Cl.M. avec AFP

L'humoriste controversé Dieudonné M'bala M'bala a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Chartres à huit mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende pour violences avec arme sur un huissier.

Dieudonné M'bala M'bala était accusé d'avoir tiré un coup de gomme-cogne (Flashball) en direction d'un huissier. Celui-ci, mandaté par la Direction régionale des finances publiques à Paris s'était présenté le 20 janvier vers 20 heures au domicile de Dieudonné M'bala M'bala et de sa compagne Noëmie Montagne, près de Dreux, pour délivrer plusieurs commandements de payer.

Constatant qu'il ne pouvait remettre les commandements en mains propres, l'huissier avait alors regagné son véhicule et avait aperçu au même moment une arme faire feu par dessus le portail.

Dieudonné absent à l'audience

Absent à l'audience le 11 octobre dernier, l'humoriste controversé a toujours affirmé qu'il n'était pas chez lui le soir des faits, accusant un demi-frère dont la justice n'a jamais retrouvé la trace.

Durant l'enquête, l'huissier a assuré avoir reconnu Dieudonné M'bala M'bala, qu'il connaît pour l'avoir déjà vu dans des circonstances similaires.

Le ministère public avait requis à l'audience huit mois de prison, dont quatre mois avec sursis, et 20.000 euros d'amende.

A lire aussi

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus