Autisme et accessibilité : la députée Nadia Essayan impulse une concertation de 18 mois avec la grande distribution

La députée Nadia Essayan avait posé cette proposition de loi en 2019, pour faciliter le quotidien des personnes autistes.

Nadia Essayan lors du vote à l'Assemblée Nationale, ce jeudi 28 janvier
Nadia Essayan lors du vote à l'Assemblée Nationale, ce jeudi 28 janvier © Nadia Essayan

ERRATUM : Dans la première version de notre article, nous affirmions que la proposition de l'heure silencieuse avait été adoptée, en lieu et place de cette large concertation sur l'accessibilité. En effet, le site de l'Assemblée Nationale indiquait à tort le maintien et le vote du texte original. Nous présentons nos excuses à nos lecteurs pour cette erreur.

Jeudi 28 janvier, l'Assemblée Nationale a adopté en première lecture la proposition de loi de la députée MoDem du Cher, Nadia Essayan, pour faciliter l'accès aux supermarchés aux personnes atteintes de troubles autistiques.

Le texte devait à l'origine entériner la création d'une "heure silencieuse" dans les supermarchés, mais est allé bien plus loin. Il donne le coup d'envoi d'une concertation de 18 mois entre les associations dédiées au handicap, les parlementaires, et les acteurs de la grande distribution. Cette concertation devra déboucher sur un ensemble de mesure d'accessibilité dans les grandes surface.

"Ma proposition de loi sur l’heure silencieuse, bien qu’elle ait pu prouver son efficacité par son expérimentation locale, ne s’attelait en réalité qu’à couvrir l’une des difficultés que rencontrent les personnes qui ont un trouble du neuro-développement. Il y avait beaucoup d’autres problèmes qui n’auraient pas été traités par ce dispositif, notamment la priorité aux caisses, l’accès aux parkings de supermarché, le calcul du handicap pour les personnes TSA…" détaille la députée dans un communiqué.

L'idée de l'heure silencieuse, donc, ne disparaît pas, mais fera partie d'un dispositif complet. "Si le principe de l'accessibilité est garanti en droit, il n'est pas effectif en pratique, malgré de nombreux progrès accomplis qu'il faut saluer" relève l'élue du Cher.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société politique