A cause du coronavirus, le Printemps de Bourges se réinvente et laisse la place aux jeunes talents

Le Printemps Inouïs, version Covid-19 du Printemps de Bourges, se tiendra de ce mercredi 16 à vendredi 18 septembre dans la salle du Palais d'Auron, au nombre de places limité. Les trois jours feront la place à de jeunes talents, avant un concert de clôture avec Pomme et Aloïse Sauvage.

Pomme et Aloïse Sauvage aux Victoires de la Musique le 14 février 2020.
Pomme et Aloïse Sauvage aux Victoires de la Musique le 14 février 2020. © Alain Jocard/AFP / Franck Castel/MaxPPP

Stuffed Foxes, prêts à monter sur scène

Après avoir été sélectionnés aux Inouïs de la région Centre-Val de Loire en janvier dernier, les voici prêts à monter sur scène pour tenter de remporter l'un des trois prix des Inouis du Printemps de Bourges. Même si l'enjeu est plus important, ils se sentent prêts.

On est prêts pour ce soir, on le sent bien. On a hâte, on va jouer du mieux que l'on peut.

Stuffed Foxes

Le confinement aura impacté le groupe. Aucun concert et aucune répétition. Mais "c'est un mal pour un bien"dit un membre du groupe. Cela leur a donné plus de temps pour terminer les morceaux qui composeront leur premier album. En effet, cela fait plus de 10 ans que ces garçons composent. Leur procédé est simple, il est démocratique.

Il n'y a jamais de panne d'idée, la création se fait en continu, impossible de stagner avec un groupe de 6 !

Découvrez leur Boîte à Je : 

Un Printemps de Bourges qui résiste

En résistance : c'est le mot d'ordre du Printemps de Bourges, avec un format inédit dédié à la scène musicale émergente. A l'image d'autres festivals de septembre, pour que le spectacle reste vivant en dépit du contexte sanitaire, le Printemps s'est réinventé, et se déroulera dans la salle du Palais d'Auron de ce mercredi 16 à vendredi 18 septembre.

Voici donc Printemps Inouïs, avec une trentaine de jeunes talents repérés et sélectionnés par les 300 professionnels du réseau affilié au festival. Toutes les esthétiques sont représentées, du rock à guitares furieuses de Bandit Bandit, aux nouvelles voix féminines rap/r'n'b comme Sally, Alicia (présente sur un titre du dernier Grand Corps Malade) ou encore Leys, parrainée par Kery James. 
La majorité de ces artistes sont français, mais on trouve aussi de l'électro-pop suisse avec Baron.e ou belge avec Yellowstraps. Les concerts de Pomme et Aloïse Sauvage, aux carrières déjà lancées, mais freinées par six mois d'arrêt, conclueront les trois jours. 
 

"Sauver des carrières"

Le Printemps s'est donc recentré sur son activité principale à l'année, dénicher des pépites et les faire briller. "Il y a la volonté absolue de sauver des carrières, car percer se joue souvent à pas grand-chose, comme un concert donné devant des pros", expose Boris Vedel, directeur du festival. 

Le Printemps de Bourges, qui devait se tenir du 21 au 26 avril, fut le premier gros festival français à baisser le rideau en raison de l'épidémie. Une version digitale a bien eu lieu aux dates prévues. Mais comme le dit le boss de l'évènement, "aller au bout de nos activités, c'est proposer au public et aux pros une prestation scénique des jeunes artistes".
 
Les contraintes sanitaires sont toujours un casse-tête. "On pose tellement d'entraves pour la culture, davantage pénalisée que d'autres secteurs économiques", peste Boris Vedel, qui se félicite toutefois du dialogue constructif avec les autorités locales. La salle du Palais d'Auron, qui peut accueillir habituellement 2 500 personnes, sera limitée à 700 places.

Bandit Bandit, infatigable, enchaînera avec le Hop Pop Hop, festival défricheur, à Orléans, vendredi 18 et samedi 19.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
le printemps de bourges culture musique coronavirus/covid-19 santé