Printemps de Bourges : Lou Doillon, Sandra Nkaké, Malik Djoudi rendent hommage à Portishead

La création originale de cette édition 2021 du Printemps de Bourges rend hommage au groupe anglais Portishead et à son album "Dummy" sorti en 1994. Sur scène, Silly Boy Blue, Lou Doillon, Malik Djoudi, Sandra Nkaké et Vicor Solf offrent leur voix dans un lieu magique.

Il existe des moments suspendus et le spectacle de la création du Printemps de Bourges en est un.

Chaque année, les programmateurs du festival montent un concept original. Lors de la précédente édition, en 2019, c'était un hommage à Léonard Cohen. Cette année 2021, alors que le Printemps propose une édition un peu différente, c'est un hommage à Portishead que le public découvre.

Prévu initialement en 2020, c'est alors que les festivals peuvent reprendre peu à peu que l'équipe de Boris Vedel, directeur du Printemps de Bourges, a organisé ce spectacle en la cathédrale Saint-Etienne. La direction musicale a été confiée à Yan Wagner & Uèle Lamore.

"Quelle joie de faire partie de ce projet" nous rappelle Lou Doillon, la fille de Jane Birkin, lors de la conférence de presse. Comme l'ajoute Sandra Nkaké, le fait de jouer dans la cathédrale est un véritable bonheur : "c'est un lieu chargé d'histoire qui nous porte".

Un monument rencontre un autre monument

Dos à l'autel, la scène installée devant le grand portail de la cathédrale, le public assiste à la rencontre entre des artistes francophones et le monument du groupe Portishead. Lou Doillon, Sandra Nkaké, Malik Djoudi, Victor Solf et Silly Boy Blue réinterprètent les titres de l'album "Dummy" sorti il y a 27 ans, en 1994. Chacun venant chanter deux ou trois titres.

C'est un vrai cadeau. Ce groupe, cet album, c'est un vrai monument.

Malik Djoudi

Le groupe Portishead s'est formé au début des années 90 en Angleterre, à Bristol plus précisément. Si seulement trois albums sont sortis, le titre Glory Box reste dans l'esprit de toute une génération.

Et face au public du Printemps, c'est avec beaucoup d'émotion que les artistes se fondent dans la peau du groupe. Pour certains dans le public, il y a comme une atmosphère "bizarre" vu le lieu et le style de musique. Pour d'autres, ce mélange entre musique classique et musique rock rend le moment inoubliable. Le spectacle comment ce par la reprise de la bande originale d'un film, avant de faire défiler les morceaux de l'album et de conclure sur un titre plus récent.

A fleur de peau, le public quitte la salle, ou plutôt le lieu historique, après 55 minutes de spectacle, en gardant en tête que 27 ans après, certains albums et certaines voix resteront gravés dans nos mémoires.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
le printemps de bourges culture musique concerts