Cher : l'enseignante d'une école de Sancerre suspectée d'avoir le coronavirus a été testée négative au Covid-19

Une école de Sancerre (Cher) a fermé ses portes jeudi à la suite d'un cas suspect de Covid-19. À Bourges, après une suspicion de contamination, un groupe scolaire avait également suspendu les cours. Les tests se sont révélés négatifs pour les deux personnes.

A Sancerre, une école est fermée depuis jeudi pour suspicion de Covid-19.
A Sancerre, une école est fermée depuis jeudi pour suspicion de Covid-19. © Maxppp/PHOTOPQR/JOURNAL DU CENTRE/Pierre DESTRADE
L'enseignante de l'école privée Notre-Dame à Sancerre suspectée d'avoir le Covid-19 n'a finalement pas contracté le virus. Le dépistage réalisé par son médecin généraliste s'est révélé négatif.

Mercredi, elle avait alerté sa cheffe d'établissement, Cindy Rondet : "Elle avait de la fièvre, une diarrhée et des courbatures." Des symptômes qui avaient conduit la directrice à fermer l'école. 

Au lendemain de la fermeture, cette dernière se voulait rassurante : "Nous sommes plutôt sereins car toutes les mesures ont été prises pour la sécurité sanitaire des enfants et du personnel."

Au total, 19 enfants de moyenne section à CM2 avaient repris le chemin de l’école, encadrés par 6 adultes.

Nous fonctionnons sans système de classes depuis la rentrée dernière, c’est-à-dire que les enseignants travaillent en « pôles » et côtoient toutes les personnes présentes dans l’école, enfants comme adultes, précise Cindy Rondet.

Des désinfections "massives"

Depuis jeudi, plusieurs désinfections des locaux ont été menées :

"Mardi soir, nous avons nettoyé les locaux comme nous le faisons chaque soir depuis la reprise. Dès le lendemain, quand notre collègue nous a contactés, j'ai décidé de lancer une opération de décontamination massive, que nous avons réitérée jeudi" précise Cindy Rondet.

Ce vendredi, une 3eme désinfection était prévue, ainsi que le nettoyage méticuleux du mobilier et des sacs laissés sur place par les écoliers.

L’établissement rouvrira ses portes mardi prochain. "L’enseignante dépistée ne sera pas présente, précise la chef d'établissement. J’ai entendu ça et là des voix s’élever pour dire que les désinfections ne servent à rien, mais j’estime qu’il est de ma responsabilité de chef d’établissement d’appliquer le principe de précaution."

Et d’ajouter que les gestes barrières et les protocoles sanitaires ont été scrupuleusement respectés à l’école Notre-Dame : "Les adultes portent masque et visière. De plus, nous avons compté que nous nous lavons les mains dix-sept fois par jour, adultes comme enfants !"

Un cas suspect dans un groupe scolaire berruyer

À Bourges, même principe de précaution au groupe scolaire Saint Jean-Baptiste de La Salle.

Mercredi matin, le directeur apprenait qu’une personne travaillant dans l’établissement avait de la fièvre et un début de toux.

"Décision a été immédiatement prise, en accord avec la direction diocésaine, de fermer le groupe scolaire" indique Lionel Fauthoux, chargé de communication du réseau des établissements La Salle en France.

La personne présentant des symptômes a été testée par son médecin, les résultats ont été communiqués ce vendredi après-midi : elle n'est pas porteuse du virus. La direction de l’établissement, qui avait décidé de ne plus accueillir d’élèves à partir de jeudi matin et lancé une opération de désinfection des locaux, vient de confirmer la réouverture du groupe scolaire dès le mardi 2 juin.

Cinquante élèves avaient retrouvé leur école depuis le déconfinement, sur un effectif de 550 habituellement scolarisés dans l’établissement berruyer.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société éducation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter