• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Retour aux 90 km/h : “C'est n'importe quoi ! Les nouvelles normes sont impossibles à appliquer” selon M. Autissier (LR)

© France 3
© France 3

En juillet, le gouvernement précisait les conditions d'un potentiel retour aux 90 km/h sur certaines routes départementales. Des conditions draconiennes qui passent mal dans le monde rural, notamment dans le Cher. 

Par Ch.L

En juillet dernier, le conseil départemental de l'Indre s'était déclaré favorable au retour aux 90 km/h sur son réseau secondaire. Depuis, une commission nationale de la sécurité routière a donné des préconisations qui rendent ce retour très difficile. "C'est n'importe quoi ! Ce rapport d'experts nous infligent des normes qui sont impossibles à appliquer" s'emporte Michel Autissier, président LR du conseil départemental du Cher.  

Aménagement des carrefours avec transformation des panneaux "Cédez le passage" en "Stop", élargissement des accotements, interdiction des engins agricoles, construction d'un terre-plein de séparation entre les deux voies...  les contraintes sont telles que certains départements, pour des raisons budgétaires, se sont résolus, comme la Seine-et-Marne à renoncer au retour aux 90 km/h. 
 


En Centre-Val de Loire, les six départements rencontrent les mêmes problématiques, avec des difficultés plus importantes pour les deux collectivités, très rurales, du Berry. "Le passage aux 80 km/h va accentuer la désertification", estime M. Autissier, du conseil départemental du Cher. "Les gens vont avoir tendance à se rapprocher à la périphérie des villes. C'est un choix politique". 

En octobre prochain, l'Assemblée des Départements français se réunit à Bourges (Cher). Les 80 km/h y seront certainement à l'ordre du jour. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le Blanc, commune rurale isolée

Les + Lus