A Vierzon, Ledger rêve de concurrencer Google et Facebook, ces chefs d'entreprise à qui tout réussit

Publié le Mis à jour le
Écrit par Xavier Naizet et Cécile Mette
Une clé USB Bitcoin par l'entreprise Ledger
Une clé USB Bitcoin par l'entreprise Ledger © F3 CVDL

En quelques années d’existence Ledger a réussi à devenir un leader mondial de la sécurisation des cryptomonnaies. Née à Vierzon, l’entreprise y a installé son principal site de production. La ville qui a encouragé le projet dès le départ espère en retirer les bénéfices.

Bitecoin, Litecoin, Tether, Nano, Ethereum. Si ces noms ne vous disent rien c’est que vous n’êtes pas à la pointe de la nouvelle économie et que vous n’avez pas investi votre fortune dans les cryptomonnaies. Vous ne rejoindrez sans doute pas la caste des nouveaux nababs aux côtés de Jeff Bezos, Elon Musk ou Mark Zuckerberg.

Ceux qui en revanche ont misé sur leur succès dès l’origine peuvent encore à cette heure formuler les rêves les plus fous. C’est le cas des fondateurs de Ledger qui, cinq ans après son démarrage, ont vu leur entreprise devenir une référence mondiale du secteur.

Parmi eux se trouvent plusieurs vierzonnais dont l’ingénieur David Balland qui, initialement, développait des applications dédiées à la sécurisation des achats de musique en ligne. Quand, avec ses associés, ils ont compris que ces recherches pouvaient s’appliquer à la sécurisation des cryptomonaies, l’entreprise a rapidement pris une autre dimension.

Leur produit phare, c’est une sorte de clef USB associée à une carte à puces et un code secrét permettant de sécuriser tout type de donnée numérique. Ils ont déjà vendu plus de deux millions et demi d’exemplaires et la demande a été très forte en ce début d’année 2021, soutenue par l’envolée des cours du bitcoin.

Nos chiffres de production ont été le double de ce que nous avions prévu en 2020. En 2021, après l’annonce d’Elon Musk et de Tesla sur l’investissement d’un milliard et demi de dollars en bitcoin, c’est aussi parti très fort. Nous vendons au quotidien ce que nous vendions auparavant lors du Black Friday.

David Balland

Les effectifs du groupe ne cessent d’augmenter pour répondre à cette demande. Ils seront bientôt une soixantaine de salariés sur le site de production de Vierzon et 250 pour l’ensemble du groupe également installé à Paris, New-York et Singapour.

Ce dynamisme n’a pas été freiné par le piratage dont a été victime Ledger en 2020 : un million de données clients ont été volées chez un des sous-traitants. La sécurité de leurs placements n’a pas été mise en danger mais certains clients ont reçu des mails menaçant les enjoignant de payer pour éviter les ennuis.

Pour un spécialiste de la sécurité, l’affaire est gênante, mais pour les actionnaires du groupe comme Eric Larchevêque ça reste une péripétie qui ne remet en cause les grands projets.

Le véritable objectif de Ledger, c’est de rentrer au CAC 40 et de devenir un champion industriel et technologique mondial. Nous réinvestissons tout dans la recherche et le développement pour devenir si possible un géant au même titre que Google ou Amazon.

Pour la ville de Vierzon, qui a beaucoup souffert de la désindustrialisation ces dernières années, il y a là une opportunité de rebond qui a rapidement été comprise. Dès leurs premiers pas, les futurs créateurs de Ledger ont tout de suite été accueillis dans la pépinière d’entreprise. Et la communauté de communes les a accompagnés dans leurs besoins de locaux au fil de leur croissance. Ca donne à Vierzon une nouvelle visibilité. On espère devenir une petite Silicon Valley.

D’autres entreprises du secteur des technologies numériques sont en train de s’installer sur notre zone d’activité. » explique le maire PC de Vierzon Nicolas Sansu. Algosup, une école dédiée à la formation des créateurs de logiciels s’est ainsi installée juste à côté de Ledger et l’entreprise de robotique JBI, actuellement à Thénioux, y fera bientôt construire son nouveau site.

C’est le paradoxe avec lequel est prête à vivre cette ville qui s’est choisie depuis plusieurs années un maire communiste. Les cryptomonnaies dont le succès est essentiellement lié à la spéculation financière sont en train d’assurer son rebond économique.

Une enquête pour en savoir plus ?

Notre équipe de reportage a suivi pendant plusieurs jours le spécialiste en portefeuilles de cryptomonnaie Ledger. Un magazine long format à découvrir le mercredi 10 mars 2020 à 23h00 dans le magazine de la rédaction "Enquêtes de régions" sur France 3 Centre-Val de Loire. Une émission consacrée aux réussites écomiques de notre région, avec notamment des reportages sur la fromagerie le Meunier en Touraine et le patron des boulangeries Feuillette.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.