Coronavirus : les 3 fake news à ne pas croire et à ne pas partager sur les réseaux sociaux

En cette période de confinement, les réseaux sociaux sont en ébullition. Difficile parfois de démêler le vrai du faux. Vacances d'été, Institut Pasteur, remèdes miracles : on fait le point sur trois fausses informations, concernant l'épidémie de coronavirus.

Gare aux fake news sur les réseaux sociaux, pendant l'épidémie de coronavirus.
Gare aux fake news sur les réseaux sociaux, pendant l'épidémie de coronavirus. © Sascha Steinach / MAXPPP
En cette période de pandémie et de confinement, des publications en tout genre pullulent aux quatre coins de la toile et notamment sur les réseaux sociaux. Ces derniers deviennent un terrain fertile à la propagation de fausses informations, aussi appelées "fake news". Comment ces informations erronées naissent-elles ? C'est très simple, certains les créent : des internautes malintentionnés peuvent être à l'origine de faux messages qui auront pour but de semer la confusion, la peur ou l'indignation.

Le problème, c'est que ces messages, partagés en masse, le sont parfois inconsciemment : la plupart des utilisateurs d'Internet ne souhaitent pas transmettre de "fake news", mais se font happer par des publications chocs, qu'ils vont avoir à coeur de relayer.

Selon une étude américaine, publiée en janvier 2019 à partir de données de 2016, les personnes de plus de 65 ans partageraient 7 fois plus d'infox sur Facebook que les moins de 30 ans. 

Pour vous, on fait le point sur 3 fausses informations liées au coronavirus, que l'on peut rencontrer au détour d'un scroll.
 

1. Non, le début des vacances d'été ne va pas être reporté

Une fausse lettre du ministère de l'Education Nationale circule en masse sur les réseaux sociaux. Celle-ci arbore le logo de la République française et indique que les vacances d'été sont repoussées au 31 juillet 2020, au lieu du 4 juillet. Mais cette information est fausse, comme le confirme le Ministre Jean-Michel Blanquer sur Twitter ce vendredi 20 mars. Comment pouvait-on le deviner ? En y regardant de plus près, on remarque que le faux courrier n'utilise pas la police d'écriture et la mise en page habituelles du ministère. 
A gauche, un communiqué officiel du gouvernement. A droite, une fausse reproduction.
A gauche, un communiqué officiel du gouvernement. A droite, une fausse reproduction.

Une autre rumeur a circulé ces derniers jours quant aux vacances d'été : un faux tweet émanant du compte @EmmanuelMecron (avec un E) indiquait que "tous les cours manqués à cause du Covid-19" seraient rattrapés sur les deux mois d'été "afin d'empêcher les potentiels retards sur les programmes scolaires".   

2. Non, le coronavirus n'a pas été inventé de toutes pièces par l'Institut Pasteur

Une vidéo de 22 minutes, postée le jeudi 17 mars sur Facebook par un certain "Cat Antonio", a été partagée plusieurs dizaines de milliers de fois.

Sur les images, le vidéaste explique que le coronavirus a été créé par l'Institut Pasteur pour "faire du fric". Pour donner du poids à ses propos, il s'appuie sur un brevet déposé par l'Institut Pasteur il y a plus de 15 ans. Ce brevet de 2004, qui existe réellement, décrit bien la découverte du SARS-CoV1, un virus de la famille des coronavirus. Mais comme l'explique l'Institut Pasteur sur son site internet, ce brevet concerne "l'invention d'une statégie vaccinale contre ce virus, et non l'invention du virus lui-même".

La fondation précise également que "le savoir-faire développé en 2003 contre SARS-Cov1 et le candidat-vaccin breveté en 2004 sont actuellement appliqués par les scientifiques concernés pour un projet en cours de vaccin potentiel contre SARS-CoV2", à l'origine de la maladie Covid-19.

Pour en savoir plus, une vidéo explicative a été publiée par l'Institut Pasteur sur Youtube.
L'Institut Pasteur a été la cible d'autres attaques depuis le début de la crise sanitaire en France. Sur WhatsApp, un message audio circule depuis quelques temps : l'homme qui parle affirme qu'il a une connaissance très bien placée à l'Institut Pasteur. Selon cette connaissance, le coronavirus serait en réalité... une attaque chimique ! 

3. Non, il n'existe pas de remède miracle contre le coronavirus

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a recensé sur son site les rumeurs les plus folles à propos du coronavirus. En voici quelques exemples : "la neige et le froid peuvent tuer le virus", "prendre un bain chaud peut éloigner les risques de contagion", "manger de l'ail est un remède contre le Covid-19" etc. Des affirmations qui n'ont à ce jour été confirmées par aucun spécialiste.
Une autre fausse information, repérée par l'AFP, a été très partagée sur Facebook et dans plusieurs langues. Le post explique que le coronavirus, "avant d’arriver aux poumons, reste dans la gorge pendant quatre jours". Pour l'éliminer, il faudrait boire de l'eau chaude, mélangée avec du sel ou du vinaigre.
© Capture d'écran Facebook
Comme l'indique l'OMS, "certains remèdes occidentaux, traditionnels ou domestiques peuvent apporter du confort et soulager les symptômes mais rien ne prouve que les médicaments actuels permettent de prévenir ou de guérir la maladie."

L'organisation onusienne rappelle que la meilleure façon de se prémunir contre le virus est de se laver régulièrement les mains. Il est également conseillé d'éviter le contact direct avec une personne souffrant de maladies respiratoires et de tousser ou éternuer dans son coude ou un mouchoir jetable.
 
Coronavirus : des réseaux sociaux mettent en avant les consignes gouvernementales
Sur Facebook et Twitter, les messages du gouvernement sont affichés en priorité.

Sur Facebook, le mot-clé "Coronavirus", dans la barre de recherche, vous dirige vers la liste des gestes barrières. En cliquant sur "En savoir plus" en haut de la page, vous trouverez les dernières recommandations du gouvernement, ainsi que des liens vers des médias reconnus.

Même chose sur Twitter. En entrant le mot-clé "#coronavirus" dans la barre de recherche, le réseau social vous propose de "Connaître les faits" et vous renvoie sur le compte et le site du gouvernement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société réseaux sociaux region centre-val de loire internet famille