Coronavirus : Comment les maires gèrent-ils cette crise sanitaire ?

L’épidémie du coronavirus, le confinement … Cette crise que nous traversons n'est pas vécue de la même manière dans nos villes et villages. Comment les maires de la région Centre-Val de Loire font-ils face ? Nous leur avons posé la question. 

Il y a des gens qui ont peur, on sent une atmosphère étrange. C’est très calme, on voit que quelque chose se passe, mais tout le monde prête main forte,

nous confie, Martine Foudraine, la maire d’Ids-Saint-Roch, dans le Cher. 

Dans ce village de 300 habitants, l’entraide est plus que jamais présente. Gérer une telle situation est inédit pour la commune. Mais cela resserre encore plus les liens. Un système d’aide aux personnes les plus vulnérables s’est mis en place.

Des conseillers municipaux et des habitants font les courses pour les personnes âgées qui ne peuvent plus se déplacer. 

Des personnes privées nous ont appelées pour nous dire qu’elles étaient là si besoin. Nous n'avons pas de base informatisée pour communiquer, et même si nous en avions une, la moitié de la population ne recevrait pas les informations, donc chez nous c’est plutôt le bouche à oreille.

ajoute Martine Foudraine.

Un guide de survie à destination des villages

L’association des Maires ruraux de France a diffusé un document pour les élus à la recherche d’armes efficaces contre le coronavirus. Un guide de survie qui peut être utile pour ces communes bien souvent isolées.  À Sancerre (Cher), le maire a mis en place un système de livraison pour les plus fragiles et isolées afin de « limiter le trafic », selon Laurent Pabiot.

Chacun passe sa commande à la mairie le lundi et La Poste livre dans la semaine. Cela permet aussi à ces personnes de discuter et ne pas se sentir trop seules. 

Toutes les personnes de plus de 70 ans ont été contactées pour une prise de nouvelles et savoir si elles avaient besoin de quelque chose. 

Laurent Pabiot ajoute :

Vous savez à Sancerre nous n’avons pas trop de balcons, alors j’ai demandé au curé de faire sonner les cloches à 20h tous les soirs pour encourager et remercier toutes les personnes qui oeuvrent en ces temps de confinement. 

Nul doute qu’elles résonneront bien au delà du village.

Des cellules de crise dans les plus grandes villes 

À Bourges (Cher), on communique beaucoup via les réseaux sociaux. 

Ce vendredi 20 mars, le maire Pascal Blanc a fait un tchat vidéo sur Facebook pour répondre à toutes les questions que les Berruyers se posent sur le Covid-19 et le confinement. Une cellule de crise se réunit tous les jours à 11h en visio conférence pour faire le point dans la capitale Berruyère. Un numéro vert (0800 400 805) est ouvert gratuitement. Actuellement la mairie reçoit environ 80 appels par jour. 

Pascal Blanc rajoute : 

À partir de lundi 23 mars, une cellule d’appels va être mise en place par les élus de la ville à destination des personnes isolées. Nous utiliserons le fichier du plan canicule et nous élargissons aux personnes de plus de 75 ans qui bénéficient chaque année du colis de Noël. 

Des personnes bénévoles commencent à se signaler pour prendre les relais auprès des personnes les plus fragiles. 

Le maire fait la distribution d'attestations

À Blois (Loir-et-Cher), le maire a fait le tour des boulangeries de la ville pour déposer des attestations de déplacement dérogatoires. 
4000 documents ont été imprimés.

La boulangerie c’est le commerce qui reste ouvert, où tout le monde passe. Il y a des personnes qui ne peuvent pas imprimer ce document. C’est un service que la ville peut rendre.

souligne l’édile Marc Gricourt. 

Malgré cette crise sanitaire, villes et villages continuent de fonctionner et chacun s'adapte avec les moyens dont ils disposent. 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société ruralité